Tchernobyl : le risque nucléaire toujours d’actualité

Actualité - avril 26, 2018
Trente-deux ans après le début de la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl, de nombreuses questions restent sans réponse : quand et comment le réacteur sinistré sera-t-il démantelé ? Comment seront traitées et stockées les matières radioactives issues de l’accident ? Qui assumera les coûts astronomiques de ces travaux ? Incapable d’y répondre, l’industrie nucléaire continue de minimiser les risques liés à l’énergie atomique.

Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, explosait, entraînant l’une des plus grandes catastrophes du nucléaire civil. Trente-deux ans plus tard, il est encore difficile de mesurer l’étendue des conséquences de ce désastre, tant les enjeux sur le plan environnemental, sanitaire et économique sont considérables.


© Clive Shirley / Greenpeace
Une école désertée, au village d’Illinsty, dans la zone de 30 km autour de Tchernobyl.

Il aura fallu par exemple attendre plus de trente années pour que la communauté internationale parvienne à édifier une immense arche pour contenir la radioactivité au-dessus du vieux sarcophage, fissuré, qui était censé isoler le réacteur accidenté. Un chantier colossal achevé douze ans après la date initialement prévue et dont le coût n’a cessé de grimper pour atteindre environ deux milliards d’euros.

Quid des quelque 440 000 mètres cubes de déchets radioactifs à longue durée de vie qui s’y trouvent ? A ce jour, on ignore encore comment extraire ces déchets. Et même si des moyens technologiques étaient à disposition, il resterait à savoir qui serait prêt à en assumer les coûts astronomiques.

Bien au-delà du réacteur accidenté, la catastrophe en cours depuis plus de 30 ans a évidemment un impact considérable et à long terme sur la santé des habitants des environs et sur la faune et la flore.

Et pendant ce temps-là en Europe …

Malgré ces terribles conséquences, visibles, l’industrie nucléaire continue de minimiser les risques et les coûts liés à cette énergie dangereuse. La France, avec ses 19 centrales et 58 réacteurs nucléaires qui quadrillent le territoire, dans des zones densément peuplées, est particulièrement exposée. Exploitées par l’entreprise EDF, ces centrales sont vieillissantes (la moitié ont ou vont dépasser dans les années qui viennent la limite des 40 ans d’exploitation). Une majorité des 58 réacteurs sont confrontés à des anomalies graves de fabrication, au cœur des réacteurs. Les centrales sont très mal protégées face aux risques d’attaques extérieures. Et la facture des travaux colossaux qui seraient nécessaires ne cesse de s’alourdir.

Greenpeace a dénoncé à de multiples reprises ces risques, notamment dans un rapport d’experts indépendantsNous avons mis en évidence des failles de sécurité majeures dans les centrales françaises, qui auraient des conséquences en France et chez ses voisins européens : les piscines d’entreposage du combustible usé sont très mal protégées face au risque d’attaque extérieure. Il s’agit pourtant des installations qui contiennent le plus de radioactivité dans les centrales nucléaires.


© Alban Grosdidier / Greenpeace
Des activistes de Greenpeace se sont introduits dans la centrale de Cruas-Meysse, en Ardèche, pour dénoncer la vulnérabilité des piscines d’entreposage du combustible usé. 

Dénoncer le risque nucléaire

C’est aussi ce qu’ont dénoncé des activistes de Greenpeace qui se sont introduits à deux reprises dans des centrales nucléaires, le 12 octobre à Cattenom, en Moselle, et le 28 novembre, à Cruas-Meysse, en Ardèche. A la suite de ces intrusions, une commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires a d’ailleurs été créée.

Or, plutôt que de renforcer la sécurité de ses installations, EDF a décidé de poursuivre les activistes de Greenpeace. Après un procès à Thionville et un verdict sévère dont Greenpeace France a fait appel, 22 autres activistes seront sur le banc du tribunal de Privas le 17 mai, ainsi que le chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France, et l’association elle-même. 

C’est en lanceurs d’alerte que ces activistes ont agi, pour dénoncer un danger bien réel, aujourd’hui en France et en Europe, et qui nous concerne toutes et tous.

 

 

 

Article Source : Greenpeace France