Manifestation à Maastricht

Poster un commentaire
Actualité - 14 janvier, 2013
Ce dimanche, quelque 1.200 citoyens, originaires des Pays-Bas, d’Allemagne et de Belgique, ont manifesté dans la petite ville frontalière néerlandaise de Maastricht en faveur de la fermeture de la centrale nucléaire de Tihange. Parmi eux, bien sûr, une délégation de Greenpeace Belgique. Des villes comme Liège (200.000 habitants), Maastricht (121.000 habitants) et Aix-la-Chapelle/Aachen (260.000 habitants) sont à peine éloignées de 25, 45 et 60 km de la centrale nucléaire de Tihange. En cas de catastrophe nucléaire, le nuage radioactif qui serait libéré ne s’arrêtera pas aux frontières...

Après la catastrophe de Fukushima, certains villages jusqu’à 80 km de distance ont dû être évacués.  Dans la zone frontalière entre la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne, la densité de population est tellement élevée que plusieurs millions de personnes seraient menacées de perdre leur habitation en cas de catastrophe nucléaire. Aucun pouvoir public n’est en mesure de protéger efficacement les citoyens contre les conséquences d’une catastrophe nucléaire de grande ampleur. Il est donc irresponsable d’implanter des centrales nucléaires dans de telles régions.


La centrale nucléaire de Tihange compte trois réacteurs, dont le plus vieux est âgé de près de 40 ans et a donc amplement dépassé sa durée de vie initiale de 30 ans. Toutefois, le gouvernement a décidé en juillet 2012 de prolonger la durée de vie de ce réacteur de 10 ans. Plus de 2.000 fissures ont été constatées en septembre dans la cuve du second réacteur, Tihange 2. Depuis lors, ce réacteur est à l’arrêt pour des raisons de sécurité. Vers la fin du mois, le gouvernement fédéral doit décider si ce réacteur peut être remis en activité.

Comme le ministre Wathelet a établi lui-même dans sa note de politique que la fermeture de Doel 3 et de Tihange 2 ne constituait pas du tout problème en matière de sécurité d’approvisionnement, il est inacceptable de prendre des risques à ce sujet. Nous voulons que le gouvernement belge mette au premier plan la sécurité de la population et ne joue pas à la roulette russe en redémarrant des réacteurs dangereux.

Stop Tihange - manifestation à Maastricht, parmi les manifestants, une délégation de Greenpeace Belgique.

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).