Amazonie : JBS, le leader mondial du secteur réaffirme sa volonté de produire une viande respectueuse de la forêt

1 commentaire
Actualité - 19 décembre, 2012
Greenpeace mène en Amazonie un combat pour lutter contre la déforestation. Ce combat passe par une réforme du secteur de la viande (et du cuir) qui a pris habitude d’installer du bétail sur des terres gagnées sur la forêt. Cette viande est ensuite commercialisée partout dans le monde jusqu’en Belgique…

Un accord pour la forêt et les droits humains

Ces derniers mois, des actions avaient été menées pour imposer au secteur de la viande - et à JBS son leader - un respect pointu du Cattle Agreement, un accord, signé en 2009, par quelques grandes entreprises du secteur (e.a. JBS, Marfrig). Le secteur s’engage par cet accord à cesser tout commerce avec des fermes impliquées dans la déforestation, des faits d’esclavagisme ou encore des exploitations situées sur des terres appartenant à des peuples autochtones.

Greenpeace vient aujourd’hui de s’entendre avec JBS pour renouveler le principe de cet engagement. JBS accepte de fournir au marché un nouveau plan de travail, contenant des objectifs précis notamment en termes de calendrier.

Enjeu capital

Comment interpréter cette nouvelle ? Que le leader mondial de la protéine animale réaffirme son engagement à assainir le secteur est capital. L'enjeu est en effet de taille. De source gouvernementale brésilienne, 62% des territoires jadis occupés par la forêt sont à présent occupés par du bétail. Par ailleurs, le Brésil est bien décidée à se maintenir au top des producteurs de viande et à conquérir de nouvelles parts de marché.

Violations en tous genres

Notre équipe brésilienne a pu, à de nombreuses reprises, mettre en évidence des violations environnementales et humaines dans cette partie du monde. Greenpeace n’a pas hésité à dénoncer ces violations bien après la signature de l’accord de 2009. Suite à quoi, le courant n’était plus trop bien passé encore Greenpeace et le géant de la viande "pris en faute'. Mais voilà, le dialogue à nouveau - et fort heureusement - ouvert.

Complexe mais on tient le cap…

La chaîne de production de la viande est dans cette partie du monde particulièrement complexe. Cette complexité freine la réforme initiée par les grands du secteur. Il faut le garder à l’esprit pour apprécier la valeur de la réaffirmation des termes de l’accord de 2009 par JBS et la publication de l’audit et du calendrier qui l’accompagne. Son poids sur le secteur est déterminant.

Thèmes

Jean Marie Caqueue dit:

ca revient toujours à contrarier des promesses d'important bénéfices et de faire semblant de croire que la civilisation technologique nous imposée par une part de l'humanité ; et la soif de pognon
la production de viande intensive , ca bouffe la production d'oxigéne vert , ca crée des plaines de merde et usine à gaz
on marcheras sur des trotoir surélevé avec un respirateur , tout ca pour faire des hamburger merci les W.A.S.P.

Posté 11 janvier, 2013 à 15:45 Signaler un abus Répondre

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).