Detox: de plus en plus de grandes marques virent au vert

C&A et Li-Ning réagissent à leur tour

Poster un commentaire
Actualité - 21 novembre, 2011
C&A et la marque chinoise de sport Li-Ning viennent à leur tour de promettre de ne plus déverser leurs eaux usées toxiques dans les rivières chinoises à l'horizon 2020. Cet été, Greenpeace a interpellé de nombreuses grandes marques de vêtement (de sport). Très vite, Puma, Nike, Adidas et H&M ont promis de revoir leur copie.

Rapports

Ce n'est un secret pour personne que la plupart de nos textiles sont fabriqués en Chine. Ce qu'on sait moins, c'est que sur place, les usines déversent leurs eaux usées toxiques dans les rivières. En juillet, nous avons publié notre première étude « Dirty Laundry » sur la responsabilité des grandes marques de vêtements dans le déversement de substances nocives dans les cours d'eau chinois. Sept semaines plus tard,  notre deuxième rapport insistait sur l'utilisation d'éthoxylate de nonylphénol (NPE) lors de la fabrication de vêtements. Cette substance se dégrade dans l'eau pour devenir un perturbateur hormonal. Du NPE a été retrouvé dans les vêtements de grandes marques internationales réputées, dont Adidas, Puma et Nike mais aussi Lacoste, Calvi Klein et Kappa.

Suite à des actions aux quatre coins du monde, plus de 50.000 personnes ont signé notre pétition demandant à Nike et à Adidas de ne plus utiliser de substances chimiques toxiques dans leur ligne de production. Des milliers d'autres ont diffusé l’information via les médias sociaux. Action réussie !

Des militants collent "detox" sur les vitrines d'un magasin H&M à Malmö, Suède.

 

Travail de terrain

Cette victoire est le fruit d'une campagne minutieusement préparée. Martin Besieux, expert 'Substances toxiques' pour Greenpeace International, a joué un rôle clé dans le revirement opéré au sein du secteur textile. Il revient sur le travail de terrain, long de deux ans et demi: " la Chine compte quelque 50.000 usines actives dans le secteur textile. Elles déversent l'essentiel de leurs eaux usées dans le Yangtze et la rivière des Perles. Dans quatre villages le long du Yangtze, nous avons acheté du poisson que nous avons fait analyser pour vérifier la présence de certaines substances chimiques perturbatrices du système hormonal.

Nous avons ensuite analysé les eaux usées sortant des tuyaux de déversement d'un certain nombre d'usines le long du Yangtze et de la Rivière des Perles : les mêmes substances toxiques y ont été retrouvées... Or, il s'agit précisément d'usines qui fournissent fils, textiles ou vêtements à des multinationales comme Nike, Puma et Adidas. Nous avons mis ces dernières face à leurs responsabilités : à elles d'exiger de leurs fournisseurs qu'ils livrent des produits exempts de substances toxiques."

Plan d'action

Aujourd'hui, Adidas, H&M, Nike en Puma ont présenté leur plan d'action. Un pas dans la bonne direction même s'ils pourraient redoubler d'efforts. Il faut savoir que des millions de personnes sont dépendantes pour leur eau potable des rivières dans lesquelles les fabricants de vêtements déversent leurs eaux usées toxiques. L'eau est aussi utilisée pour irriguer les terres agricoles.

Tags
Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).