Dites non à la pomme de terre OGM en Belgique

Actualité - 26 novembre, 2010
Cultiverons-nous bientôt des pommes de terre génétiquement modifiées en Belgique? Mangerons-nous des frites OGM? Si cela ne dépendait que du géant allemand de la chimie BASF, la réponse serait oui. La multinationale a demandé l'autorisation de faire des essais en champ avec des pommes de terre OGM à Wetteren. Heureusement, l'essai peut encore être arrêté. Vous pouvez nous y aider en faisant part de vos objections.

Mobilisons-nous contre les pommes de terre OGM!

Les pommes de terre ont été manipulées génétiquement pour les rendre résistantes à la Phytophthora infestans, ou mildiou. Une partie des pommes de terre a été développée par l'Université de Wageningen aux Pays-Bas, une partie par BASF en Allemagne. L'essai en champ est quant à lui une initiative de quatre instituts flamands de recherche, l'université de Gand (UGent), la Haute École de Gand (Hogent), l'Institut Flamand de Biotechnologie (VIB) et l'Institut de Recherche sur l'Agriculture et la Pêche (ILVO). Ils veulent vérifier le développement de ces pommes de terre en champ.

Inutile et indésirable

Pour Greenpeace, le développement des pommes de terre OGM est inutile et indésirable. Inutile, parce qu'il est possible de développer des pommes de terre résistantes à certaines maladies en utilisant des méthodes d'amélioration classiques comportant moins de risques que la manipulation génétique. Diverses variétés de pommes de terre résistantes sont d'ailleurs déjà sur le marché, comme Bionica et Sarpo Mira. Indésirable parce que les avantages des OGM ne font pas le poids face aux nouveaux risques pour l'environnement, les coûts liés aux systèmes d'évaluation et de contrôle, la concentration de pouvoir de l'industrie agro-alimentaire et la contamination des produits conventionnels et biologiques. Personne n'en tire profit, sauf BASF et consort.

Empêchons l'essai en champ

Mais il y a également une bonne nouvelle: avec votre soutien, nous pouvons empêcher l'essai en champ. Jusqu'au 8 décembre inclus, vous pouvez faire part de vos objections. Greenpeace, Bioforum Vlaanderen, Nature & Progrès, Wervel et Velt ont examiné de près le dossier de demande d'autorisation de l'Université de Gand et de BASF et ont dressé une liste reprenant leurs remarques. Nous vous invitons à présent à faire entendre votre voix, en envoyant à titre personnel, via le formulaire ci-dessous, votre réclamation par rapport à ce dossier au Service Public Fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. Bien sûr, vous pouvez formuler vos propres objections sur base des arguments repris dans le texte, ou ajouter d'autres éléments. Si vous êtes agriculteur ou si vous habitez dans les alentours de Wetteren, n'hésitez pas à le préciser.

Aidez-nous à arrêter l'essai en champ. Envoyez vos objections maintenant.

Dossier complet de l'université de Gand.

Dossier complet de BASF