Eau propre : un combat quotidien

Actualité - 11 décembre, 2012
Graciela m'a invité chez elle à El Salto, une ville jouxtant l'une des rivières les plus polluées du Mexique, le Rio Santiago. Elle voulait me parler de la façon dont sa communauté se bat pour plus de justice. 


« Chaque personne ici a au moins un membre de sa famille qui est gravement malade ou un proche qui est mort beaucoup trop tôt », déclare Graciela. « Les gens ici ont beaucoup à endurer. Leur santé et leurs revenus en pâtissent. Pendant ce temps, l'industrie fait des milliards de profits. Ça ne tourne tout simplement pas rond. » Je voyais toute la douleur dans ses yeux pendant qu'elle me racontait son histoire.

Campagne Detox. Des fabricant des vêtements pour de grandes marques internationales, Levi's par exemple,rejettent leurs eaux usées dans la rivière.

La pollution toxique est vraiment désespérante. Mais Graciela et son mari Enrique se battent contre ce désespoir. En 2006, la famille Enciso a fondé l'organisation « Un Salto de Vida » (« Un saut pour la vie »), pour lutter contre la pollution toxique du Rio Santiago. « Nous nous battons pour notre vie », déclare Sofia, la présidente. Des centaines d'usines, fabricant des vêtements pour de grandes marques internationales, rejettent leurs eaux usées dans la rivière. Le gouvernement y a identifié des dizaines de substances chimiques dangereuses, mais personne n'a une vue exacte de l'ensemble des substances chimiques, et de leurs quantités, qui y sont rejetées.

Pire encore, en raison de législations laxistes, les habitants n'ont aucune façon de savoir de quelle usine provient l'eau usée rejetée par tel ou tel tuyau de déversement. Ils ne savent pas non plus pour quelles marques travaillent les différentes usines textiles. Mais une chose est sûre : les documents officiels divulgués par Greenpeace Mexique prouvent que les fonctionnaires savent parfaitement que le nombre élevé de malades dans la région est imputable à la pollution chimique.

Malgré tout, Graciela n'a jamais perdu espoir. Elle espère que sa petite fille pourra un jour profiter à nouveau d'une rivière saine, pleine de vies. Mais bien des choses devront encore se produire pour qu'un jour ce souhait puisse se réaliser.

Vous pouvez faire la différence

De grandes marques de vêtements comme Levi's travaillent avec des fournisseurs au Mexique qui, comme le montrent les recherches de Greenpeace, contribuent à la pollution toxique du Rio Santiago et autres rivières, au Mexique et dans le monde.

Levi's a suffisamment de poids pour parvenir, avec ses fournisseurs, à éliminer toute substance chimique dangereuse de sa chaîne de production. Une première étape serait de fournir à la population locale toute donnée concernant les substances chimiques rejetées dans les rivières.

Mobilisez-vous aux côtés de Graciela, Enrique, Sofia et des nombreuses autres personnes qui veulent mettre un terme à la pollution industrielle. Demandez à Levi's qu'elle s'attelle à une mode non toxique.

Pierre Terras, expert Substances toxiques pour Greenpeace Mexique.