La lutte pour le pôle Nord se poursuit

Poster un commentaire
Actualité - 27 mai, 2014
L’été est aux portes de la région du pôle nord, ce qui signifie que bon nombre de compagnies pétrolières se préparent pour entamer leur quête de pétrole dans la région. Greenpeace est bien entendu de la partie… pour mettre des bâtons dans les roues.

Le souvenir des « 30 de l’Arctique » derrière les barreaux pour avoir mené une action contre la plateforme Prirazlomnaya, appartenant au géant pétrolier russe Gazprom, est encore fraîchement dans les mémoires de tous. Entre-temps, cette plateforme est connue pour être la première à extraire à des fins commerciales le pétrole des eaux arctiques… Malgré l’attention mondiale suscitée par l’action et le combat contre l’exploitation pétrolière au pôle Nord mené par les « 30 de l’Arctique », divers grands pétroliers poursuivent leurs activités sur place.

Une action en Norvège arctique...

C’est ainsi que la compagnie norvégienne Statoil – l’un des principaux acteurs sur le marché pétrolier et appartenant à hauteur de 67% au gouvernement norvégien – est sur le point de faire des tests de forage en mer de Barents. Greenpeace a introduit une plainte contre ces forages auprès du gouvernement. Dans un premier temps, les tests ont été suspendus avant, ce lundi matin, de recevoir à nouveau le feu vert. Pas de quoi perturber Statoil, qui a envoyé sa gigantesque plateforme, baptisée Transocean Spitsbergen, en direction de la région de Hoop en mer de Barents.

Jamais encore une plateforme n’a été installée dans une zone aussi septentrionale… Il s’agit d’une région rude où les opérations risquent d’être très difficiles, et qui se trouve par ailleurs très près de l’île aux Ours. Située entre le Spitzberg et la Norvège, cette île est une véritable réserve de biodiversité. La partie Sud de l’île sert de refuge à l’une des principales colonies d’oiseaux dans l’hémisphère Nord. On estime qu’un million d’oiseaux y font leur nid. Les projets de Statoil eux-mêmes indiquent qu’en cas de fuite de pétrole dans la région de Hoop, le pétrole atteindra en moins d’une semaine cette merveilleuse région. C’est de la folie.

L'un de nos bateaux, l'Esperanza, mène en ce moment une action en mer de Barents, à proximité de l'île aux Ours (Norvège arctique).

A 5 heures ce matin, des activistes de Greenpeace ont escaladé une plateforme pétrolière de Statoil afin de protester pacifiquement contre les forages pétroliers de la compagnie norvégienne. « L'île aux Ours est d'une incroyable beauté. Nous sommes des milliers à vouloir protéger l'Arctique. Je ne peux pas croire que quelqu'un soit irresponsable au point de menacer l'avenir de cette région en effectuant des forages pétroliers qui risquent d'engendrer une catastrophe », dit la Finlandaise Sini Saarela , qui se trouve à bord de l'Esperanza après avoir fait partie des « 30 de l'Arctique ».

Signez notre pétition pour demander au gouvernement norvégien de mettre un terme aux activités de Statoil.

... et une autre aux Pays-Bas

 


Et hier soir, à Ijmuiden (Pays-Bas), d'autres activistes de Greenpeace ont bloqué, durant plus de 5 heures, une autre plateforme pétrolière qui s'apprêtait à partir pour l'Arctique. Cette fois pour le compte de... Gazprom. Le géant russe vise, cet été, à réaliser de nouveaux forages pétroliers en mer de Pechora, non loin de la plateforme Prirazlomnaya, où les « 30 de l'Arctique » ont mené une action pacifique en septembre 2013.Gazprom n'est pourtant nullement préparé pour gérer une éventuelle catastrophe pétrolière. Et sa plateforme GSP Saturn n'a, elle, jamais exercé dans des conditions aussi difficiles que celles rencontrées en Arctique.

Faiza Oulahsen est chargée de mission Energie pour Greenpeace aux Pays-Bas. Elle faisait par ailleurs partie des « 30 de l'Arctique » arrêtés en septembre dernier : « Les compagnies pétrolières occidentales jouent des coudes avec leurs homologues russes pour transgresser les dernières frontières en Arctique. Nous devons absolument les stopper et, pour notre prospérité, investir dans les énergies propres, renouvelables et l'efficacité énergétique. Notre campagne pour sauver l'Arctique est un cri de ralliement pour la collectivité. Nous continuerons de lutter jusqu'à ce que l'industrie pétrolière soit tenue à l'écart de cette fragile région pour de bon. »

Et cette lutte, c'est avec vous que nous la menons et que nous continuerons à la mener. Merci de nous suivre... et de nous soutenir !

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).