Le Cameroun et l'Indonésie jouent la finale de la Coupe du Monde du déboisement pour l'huile de palme

Poster un commentaire
Actualité - 30 mai, 2014
Deux pays situés sous les tropiques mais qui semblent ne rien avoir d'autre en commun. Cependant, ce n'est qu'une apparence et, tout comme la Coupe du Monde de football, la transformation de forêts tropicales en plantations d'huile de palme est omniprésente.

Pour une fois, nous ne nous attarderons pas sur les entreprises qui contribuent à l'arrêt du déboisement pour l'huile de palme. Car entre-temps, de sérieuses fausses notes ont résonné sur le terrain : du bois camerounais, coupé illégalement pour faire de la place à des plantations, est blanchi tandis que la destruction des tourbières en Indonésie entraîne un nombre accru de foyers d'incendies. Les deux pays continuent d'enfreindre allègrement les règles du jeu, pour ainsi dire sans être inquiétés.

Cameroun : en tête du groupe de la coupe illégale de bois sans arbitre

Une nouvelle étude de Greenpeace montre que la société américaine Herakles Farms (connue pour ses agissements illégaux au Cameroun depuis 2009 au nom de l'huile de palme) a créé une entreprise écran pour couper illégalement 2.500 hectares de bois. Le précieux bois tropical est exporté, le ministre camerounais de la sylviculture ferme volontairement les yeux et ne taxe même pas l'entreprise comme elle devrait l'être.

Un comportement d'autant plus incompréhensible que c'est son propre pays qui souffre ainsi d'une perte de revenus. De plus, l'UE a encore des comptes à régler avec lui (du moins l'espérons-nous). En 2011, un Accord de Partenariat Volontaire (APV) est entré en vigueur concernant l'exportation illégale de bois vers le marché européen. Selon les termes de cet accord, le Cameroun doit pouvoir garantir la légalité de son bois.

Cependant, le dossier Herakles montre que le Cameroun a encore beaucoup à prouver. Et que fait l'UE ? Elle a demandé plus d'explications au Cameroun mais elle rapporte par ailleurs que des ‘progrès substantiels’ ont été réalisés.

Tandis que nous exerçons une pression sur les autorités camerounaises pour saisir le bois illégal, la nouvelle Commission européenne doit bientôt entreprendre une action. Le tackle agressif de Herakles Farms doit être lourdement sanctionné.

Demandez aux autorités camerounaises de brandir le carton rouge sans attendre.

Indonésie : un feu d'artifice sur le terrain demeure impuni

En Indonésie, on se presse tellement sur le terrain que les infractions s'accumulent de manière vertigineuse. Cependant, l'arbitre ne bouge pas et regarde des tourbières riches en carbone s'enflammer comme des briquets à amadou.

La tourbe est un matériau organique qui brûle très longtemps, rejetant dans l’atmosphère tous les gaz à effet de serre qu’elle stocke. En Indonésie, il est interdit d'allumer des feux de bois et de tourbe mais la loi n'est pas respectée, rarement appliquée et les infractions ne sont que rarement sanctionnées.

Ce n'est pas toujours facile de savoir exactement qui a allumé quel foyer d'incendie mais si les incendies de tourbières prennent des proportions aussi énormes, c'est parce que la forêt a déjà été déboisée et que la tourbe s'est asséchée avant que les allumettes aient été craquées. En effet, une forêt saine ne brûle pas.

Et qui déboise à grande échelle ? En effet, ce sont les industries de plantation comme le secteur de l'huile de palme. Notre nouvelle analyse des cartes le prouve : il y a cinq fois plus de foyers d'incendie dans les tourbières que sur d'autres terrains et les incendies sont beaucoup moins fréquents lorsque les tourbières sont protégées. Cela signifie que la meilleure solution à long terme est évidente : l'exploitation des tourbières et des forêts doit prendre fin. En d'autres termes, l'attribution de nouvelles concessions doit être suspendue à vie.

Entre-temps, à court terme, l'Indonésie devra également mettre un carton rouge à ceux qui sont responsables de cette catastrophe climatique. En effet, ils causent encore plus de désastres : en Asie du Sud-Est, la fumée des incendies de tourbières et de forêt joue un rôle dans le décès de 110.000 personnes par an. Pendant les années exceptionnellement sèches, appelées l’effet El Niño, ce chiffre atteint 300.000. Selon toutes les prévisions, 2014 sera une année El Niño.

#standwithsumatra et voyez ici à quel point la population locale n'a plus envie de supporter ces petits jeux fallacieux.

Continuez également à nous suivre pour savoir comment nous soutenir pour convaincre encore plus d'entreprises de la nécessité d'une huile de palme produite sans déboisement afin que la tourbe et les forêts ne soient plus détruites.

Thèmes
Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).