Nids de chimpanzés dans un pan de forêt pressenti

Actualité - 8 août, 2013
Jan Cappelle revient du Cameroun en ayant accompli sa mission : prouver que la société américaine Herakles Farm - qui envisage la création d’une plantation de palmiers à huile dans une zone de forêts tropicales sous-estime la valeur écologique des terres convoitées. Une grande partie de la zone a bel et bien une haute valeur de conservation, une vingtaine de nids de chimpanzés Nigeria-Cameroun y ont été trouvés…

Les projets de Herakles Farm suscitent la polémique depuis quelques années au Cameroun et la découverte à laquelle le Gantois Jan Cappelle vient de contribuer, risque bien d’ajouter un chapitre à cette saga. Une saga en tous points emblématique de la nouvelle menace qui plane sur les forêts africaines. L’Afrique constitue en effet une « nouvelle frontière » pour l’huile de palme.

En 2009, le gouvernement camerounais avait signé avec Herakles Farms un accord de principe pour une concession de plus de 73 000 hectares dans la région dusud-ouest du Cameroun pour la culture du palmier à huile. Ce projet a depuis été largement contesté par les populations locales et de nombreuses associations dont Greenpeace. Les autorités camerounaises négocient toujours avec la société concernant les conditions dans lesquelles la société peut opérer. (Lire "Herakles Farms peut poursuivre ses opérations de déforestation")

Haute ou faible valeur écologique ?

La protection de la faune a toujours figuré en bonne place au cœur du litige. Les terres visées par Herakles Farm sont enclavées entre 4 zones protégées dont le parc national Korup. Pour cette compagnie américaine, la grande majorité des  terres convoitées ne présentent pas d’intérêt écologique majeur et ne devraient donc pas être préservées...

Le Belge Jan Cappelle s’est rendu à la mi-juillet au Cameroun pour démontrer par A plus B que Herakles Farm manipule la réalité.

"J’ai travaillé avec des experts de l’université camerounaise de Dschang," précise-t-il à son retour. "Ce sont des experts, ils ont l’habitude d’identifier ces nids. Nous avons marché cinq jours et nous avons pu repérer une vingtaine de ces habiles constructions de branches que les singes placent à dix-quinze mètres du sol pour y dormir. Ces nids attestent de la présence d’une sous-espèce de chimpanzés, endémique à la région et dont il ne resterait probablement pas plus que quelque 3500 individus."

Retouvez Jan Cappelle sur notre vidéo.

Un singe peut en cacher un autre…

Tous les points GPS des nids ont été soigneusement notés et toutes les preuves de l’importance de la zone convoitée en terme de biodiversité. Le drill, un autre primate menacé, est également présent dans la zone.

Pas de culture au détriment de l’environnement

Greenpeace estime que le projet de Herakles Farm est un très mauvais exemple de gestion de la forêt et déplore entre autres le manque de concertation avec les populations locales. La concrétisation de cette méga plantation coïnciderait à terme avec une perte de revenus pour les populations locales. L’huile de palme est fort prisée par l’agro-business et sa culture ne peut pas se faire au détriment de l’environnement et les communautés locales. Ni en Asie, ni en Afrique…