Nos militants sur le tapis rouge écopent d'une lourde peine

Un mois de prison avec sursis et une amende de 1.100€

4 commentaires
Actualité - 17 mars, 2011
Le verdict est tombé dans le cadre du procès « tapis rouge » : le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné 10 personnes à un mois de prison avec sursis et à une amende de 1.100 € pour leur participation à une action pacifique de Greenpeace. Ce verdict, très lourd, est totalement disproportionné par rapport aux faits.

Manifestation pacifique devant le palais de justice le 17 février dernier.

Une onzième personne inculpée a été acquittée par les juges. Il n'a joué aucun rôle durant l'action de Greenpeace mais était présent lors du Sommet muni d'une accréditation officielle en tant que journaliste.

Les faits se sont déroulés le 10 décembre 2009. Ce jour-là, à Bruxelles, un convoi de trois limousines s'est faufilé sans encombre jusqu'à l'entrée du dernier Sommet européen avant celui de Copenhague. Dans ces voitures, pas de Sarkozy ou de Merkel mais bien des militants de Greenpeace. Une fois sur le tapis rouge, ils ont déployé une banderole invitant l'Union européenne à sauver les négociations sur le climat. Ils furent aussitôt arrêtés.

Les 11 personnes qui ont eu à comparaître devant le tribunal sont originaires de Belgique, de France, des Pays-Bas et du Royaume-Uni.  L'inculpation portait sur 'faux et usage de faux'. Pourtant, les documents utilisés mentionnaient clairement leur nom et portaient leur photo ainsi que le nom de Greenpeace et ne pouvaient se confondre avec les laisser-passer officiels. L'action visait à rappeler l'urgence climatique aux chefs d’État européens réunis à quelques jours du Sommet de Copenhague.

Disproportionné

Il est évident que Greenpeace et ses militants ne sont pas au-dessus des lois. Mais ce jugement est totalement disproportionné et renvoie à la tendance actuelle à la criminalisation du militantisme, même dans des pays connus pour leur liberté d'expression. Ainsi, des militants sont poursuivis à Copenhague et l'ont déjà été par le passé en Belgique dans le cadre d'une autre affaire.  « Si cette tendance s'accentue, des organisations comme la nôtre auront de plus en plus de mal à continuer à jouer leur rôle dans la société » déclare Michel Genet, directeur de Greenpeace Belgique.

La Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg stipule clairement que le rôle d'organisations indépendantes comme Greenpeace est crucial pour attirer

l'attention sur des éléments ayant trait au bien commun.

Les militants ne sont pas des criminels

Greenpeace et ses militants envisagent d'aller en appel mais vont d'abord prendre le temps de bien examiner le jugement. « Les militants ne sont pas des criminels. S'ils sont traités de la sorte, cela ne peut avoir que des conséquences importantes pour la société et la démocratie », avertit Michel Genet.  

4 commentaires Ajouter un commentaire

Antoine dit:

Tout se tient. Si "la sécurité à un coût de + en + important" c'est parce que les chefs d'état de nos "dé...

Posté 7 avril, 2011 à 11:40 Signaler un abus Répondre

Lire la suite Read less

William dit:

Je ne suis pas d'accord, ils ont tenter un coup médiatique et ça a marché, maintenant il faut payer l'addition. On ne peut pas laisser ...

Posté 25 mars, 2011 à 16:43 Signaler un abus Répondre

Lire la suite Read less

nucléaire dit:

toute activité portant atteinte , directement ou indirectement aux personne physiques , a l environnement , a la santé , et a la propriet...

Posté 20 mars, 2011 à 12:06 Signaler un abus Répondre

Lire la suite Read less

francois.no dit:

1.100 € pour leur participation à une action pacifique de Greenpeace. Ce verdict, très lourd, est totalement disproportionné par rappor...

Posté 18 mars, 2011 à 8:09 Signaler un abus Répondre

Lire la suite Read less

1 - 4 de 4 résultats.

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).