Forêts: plusieurs entreprises convaincues par la pression populaire

Actualité - 2 avril, 2014
Au cours des derniers mois, 700 000 personnes ont réclamé des produits respectueux des forêts dans leur caddie. Plusieurs grandes entreprises, dont L’Oréal et Delhaize, ont entretemps entendu ces très nombreuses demandes. Procter & Gamble sera-t-elle la prochaine compagnie à s’engager en faveur d’une politique de non-déforestation ?

Souvenez-vous de notre vidéo de campagne qui, il y a quelques années, mettait en scène un employé de bureau croquant une barre chocolatée KitKat ayant l’apparence d’un doigt ensanglanté d’orang-outang.

 

Ce petit film a été vu et partagé par des millions de personnes. Nestlé, le fabricant de KitKat, a par la suite réagi en instaurant une nouvelle politique en matière d’huile de palme. Il doit s’assurer que l’huile de palme contenue dans ses produits ne contribue plus à la déforestation. Depuis lors, l’entreprise veille à tracer son huile de palme et exige de ses fournisseurs qu’ils protègent les forêts.

Huile de palme : un problème en évolution

L’implémentation de cette nouvelle politique est évidemment un travail de longue haleine mais l’engagement de Nestlé ne peut pas être sous-estimé. Le secteur de l’huile de palme est l’un des principaux responsables de la déforestation en Indonésie. Il constitue également une menace grandissante dans le bassin du Congo. Chocolat, shampooing, gâteaux ou encore pizza surgelé sont autant de produits qui nous impliquent quotidiennement dans ce scandale forestier. Des entreprises telles que Nestlé, qui consomment d’importants volumes d’huile de palme, doivent montrer l’exemple pour protéger les forêts indonésiennes.

Jusqu’il y a peu, Nestlé était la seule à avoir pris des mesures favorables aux forêts. Mais grâce à votre aide, nous avons enclenché une dynamique de changement ! En octobre 2013, nous révélions que plusieurs fabricants de marques connues étaient clients de Wilmar International, un négociant d’huile de palme impliqué dans la destruction de l’habitat des 400 derniers tigres de Sumatra. Les fabricants de Head & Shoulders, Côte d’Or ou encore Colgate étaient notamment dans notre viseur. Mais également des entreprises belges, à l’image de Delhaize, Colruyt, Vandemoortele et Lotus. Nous leur avons demandé de suivre l’exemple de Nestlé et de s’engager à ce que les produits que nous consommons ne contribuent plus à la déforestation.

 

La pression populaire paie 

Depuis, plus de 700 000 personnes à travers le monde ont clairement fait comprendre à ces entreprises qu’elles voulaient des produits respectueux des forêts et du tigre de Sumatra. Que ce soit par e-mail, sur Facebook, Twitter ou par les questions posées aux gérants des supermarchés, votre voix a pesé dans la balance. Et a fait la différence. C’est grâce à ces centaines de milliers de voix que nous pouvons, aujourd’hui, présenter quelques beaux résultats.

Ces entreprises se sont engagées à protéger les forêts :

- Wilmar

En décembre 2013, Wilmar International a dévoilé sa nouvelle politique pour protéger les forêts. Une victoire de taille car Wilmar est aux commandes de, plus ou moins, un tiers du commerce mondial d’huile de palme. D’ici la fin de l’année 2015, tous ses fournisseurs devront se conformer aux dispositions de cette nouvelle politique.

- Delhaize

25 000 personnes ont envoyé, au début de cette année, un e-mail au CEO de Delhaize. Grâce à vous, Delhaize est devenu, en février, la première chaîne de supermarchés au monde à s’engager à bannir la déforestation de ses propres marques (Taste of Inspirations, Eco, 365…) selon un échéancier précis. De leur côté, Colruyt et Carrefour, concurrents de Delhaize, sont désespérément à la traîne.

- Unilever, Ferrero, L’Oréal, Hershey’s, Vandemoortele, Mars, Colgate Palmolive...

Bien que notre campagne ait publiquement ciblé Delhaize et Procter & Gamble (fabricant de Head & Shoulders), de nombreuses autres entreprises ont senti le souffle de la pression sur leur nuque. Unilever, Ferrero, L’Oréal, Hershey’s, Vandemoortele, Mars et Colgate Palmolive se sont toutes engagées à mettre en place une politique de non-déforestation.

- ... et P&G ?

Nos résultats montrent que le secteur de l’huile de palme est en pleine mutation. Mais les défis demeurent importants ! Procter & Gamble, par exemple, ne cesse de répéter le même refrain concernant une huile de palme supposée « durable ». Notre récente étude montre ce que « durable » signifie réellement pour P&G… Aidez-nous à convaincre P&G !

>> Demandez à P&G de vous fournir un shampooing qui ne détruit pas la forêt tropicale ! << 

 

La lutte continue…

Tandis que nous surveillons de près la mise en place de la politique de non-déforestation chez Delhaize, nous ne perdons certainement pas de vue d’autres marques belges, comme Colruyt et Lotus. Il est plus que temps que celles-ci garantissent à leurs clients que l’huile de palme contenue dans leurs produits n’est pas produite au détriment des 400 derniers tigres de Sumatra. A suivre !

 

Thèmes