Pour l'heure, pas de nouvelle centrale nucléaire à Borssele !

Actualité - 24 janvier, 2012
Aux Pays-Bas, les projets de construction d'une deuxième centrale nucléaire à Borssele ont été suspendus. La compagnie d'électricité Delta évoque notamment les coûts élevés d'investissement pour justifier sa décision de ne pas donner suite à son projet pour l'instant. Greenpeace lui donne raison et espère que le projet sera définitivement enterré.

Borssele se situe à quelques kilomètres à peine de la frontière belge. Pas étonnant donc que notre pays a également émis des critiques sur ce projet. Récemment, Greenpeace et d'autres organisations environnementales dont Bond Beter Leefmilieu et le WWF ont d'ailleurs déposé plainte (en néerlandais)



Depuis un certain temps déjà, les projets de bâtir cette deuxième centrale nucléaire en Zélande semblaient compromis. Parce qu'elle ne trouvait pas suffisamment d'investisseurs, Delta avait auparavant déjà reporté de six mois sa demande de permis de bâtir. Hier, le projet a finalement été suspendu en raison des trop nombreuses incertitudes financières et la surcapacité sur le marché de l'électricité.

Il n'est tout simplement pas possible de justifier les coûts qu'entraîne la construction d'une nouvelle centrale nucléaire. Si l'on ajoute à cela les coûts (sociétaux et économiques) liés aux déchets radioactifs produits par la centrale et aux conséquences possibles d'un accident éventuel, le prix devient totalement inacceptable. Le site étant à proximité de la frontière et la région étant densément peuplée, notre pays subirait lui aussi les conséquences si un jour quelque chose tournait mal à Borssele.

Cela signifie-t-il que le projet est définitivement enterré ? Nous pouvons l'espérer. Delta a déclaré qu'elle continuait à croire en ce projet et qu'elle attendait le « bon moment » pour le lancer. Dans la région, les oppositions au projet sont toutefois nombreuses. Et bon nombre de parties impliquées préféreraient de loin que des investissements soient opérés dans des énergies vertes et fiables plutôt que dans une centrale nucléaire. On peut donc clairement se poser la question si Delta parviendra à « vendre » son projet d'ici quelques années. Dans le contexte actuel, où la Belgique et l’Allemagne ont déjà décidé de sortir du nucléaire, la position des Pays-Bas est des plus incertaines.

***