Rio+20 : après les promesses, les actes ?

Publication - 13 juin, 2012
Ces 20, 21 et 22 juin, se tiendra à Rio, le Sommet de la Terre. Cette conférence sur le développement durable nous ramène 20 ans en arrière. En 1992, un premier Sommet de la Terre posait un diagnostic sévère : la planète risque de devenir invivable à force d’être surexploitée… 20 ans plus tard, le gâteau d’anniversaire a un goût amer et la situation est plus préoccupante que jamais. Greenpeace est présente à Rio et pour défendre quelques-uns de ces thèmes de campagnes traditionnels.

Arctique
Peu de régions au monde illustrent aussi bien la crise environnementale majeure dans laquelle nous nous trouvons que l'Arcticque. Suite au réchauffement planétaire, la banquise d'été pourrait avoir disparu du pôle Nord d'ici 20 à 30 ans. Le pire, c’est que les compagnies pétrolières y voient plus une opportunité pour aller y sucer les dernières gouttes de pétrole de ces régions libérées des glaces… L’Arctique représente donc le champ de bataille environnemental emblématique de ce début de siècle... Et un défi à relever pour les décideurs politiques présents à Rio.

Forêts tropicales

Sans autre transition que l’urgence d’agir, une partie de notre travail se concentrera sur les forêts et particulièrement la lutte contre la déforestation dans les derniers massifs de forêts tropicales de la planète. Il est capital notamment pour préserver l’équilibre climatique d’obtenir un arrêt total de la déforestation d’ici 2020. Notre attention se porte tout particulièrement sur l’Amazonie. Le Brésil est des principaux pays forestiers au monde mais peine à préserver son capital nature.

Océans

Surpêche et pollution généralisée constituent deux défis majeurs que nous devons relever ensemble. Définir des règles communes est indispensable pour que les écosystèmes marins puissent se régénérer et rester sains. Un des objectifs de ce cadre légal international à mettre en place est la création de réserves marines en haute mer.

Changer nos habitudes
Toutes ces campagnes doivent être menées parce que nos comportements sont tout sauf durables. Il est urgent d’évoluer vers une économie orientée vers la durabilité et l’équité. Ceci se vérifie également dans le domaine de l’énergie. Il est temps de cesser de surexploiter nos ressources naturelles.

Une [r]évolution énergétique doit être lancée : les énergies comme le pétrole doivent être abandonnées au profit des énergies renouvelables et des économies d’énergie. Nous demanderons à Rio l’annulation des subsides aux énergies fossiles. L'agriculture doit se réformer pour relever le défi de nourrir 9 milliards d'habitants en 2050 sans détruire la planète.

Bonne gouvernance
Tous ces problèmes sont complexes et exigent une prise en charge coordonnée au niveau international. L’environnement doit enfin trouver sa place au cœur de nos préoccupations.

Notre plus grande crainte est que cette nouvelle édition du Sommet de la Terre ne finisse en queue de poisson… L’essai d’il y a 20 ans doit être transformé ! La planète a besoin d’actes, pas de prechi-precha destiné à rassurer la galerie !

Toutes ces problématiques sont évoquées dans nos documents thématiques. Pour en prendre connaissance, consultez notre page spéciale « Rio +20 »