Secteur de l'électronique : beaucoup de blabla, peu d'actes

Poster un commentaire
Actualité - 9 février, 2012
Google occupe la première place de la cinquième édition du Cool IT de Greenpeace, un classement qui compare les efforts des entreprises de l'IT dans le domaine énergétique. Hélas, on constate peu de leadership dans l'un des secteurs pourtant les plus innovants.

Cool IT fait le point sur les efforts fournis par les entreprises l'électronique (IT) en termes d'actions pour lutter contre le réchauffement planétaire, de réduction de l'impact énergétique et de lobby politique. D'abord, la bonne nouvelle : Google est en tête, suivie de Cisco et Ericsson. Le géant américain de l'IT a fait une analyse détaillée de son empreinte énergétique et est donc en mesure de soumettre un plan précis pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Google se prononce par ailleurs ouvertement pour des législations climatiques plus ambitieuses, tant aux Etats-Unis qu'en Europe.

Rhétorique verte

Le hic, c'est que de façon générale, les entreprises de l'IT ne parviennent pas à prendre leurs distances par rapport aux producteurs d'énergie polluante qui bloquent le débat climatique au niveau des gouvernements. L'industrie de l'IT tient des discours « verts » mais ne semble prendre que peu d'initiatives. Cette position n'est plus tenable. Un secteur qui affiche une telle croissance et un tel potentiel pour réduire les émissions mondiales ne peut se contenter d'un comportement passif.

La consommation d'énergie augmente

De plus en plus de groupes de population ont aujourd'hui accès aux GSM et aux tablettes ce qui implique que l'impact du secteur IT ne fera que croître. Il y a cinq ans, le rapport SMART 2020 prévoyait que la consommation d'énergie de l'internet allait tripler d'ici 2020. Pourtant, à condition de réagir, les entreprises pourraient aussi réaliser de solides économies d'énergie ! Le leadership de Google est une bonne chose mais le secteur dans son ensemble  est largement déficitaire lorsqu'il s'agit de proposer des solutions.  

Apple et Facebook

Apple et Facebook, deux des marques les plus influentes du secteur, ne font pas partie du classement car elles ne satisfont pas aux critères. Malgré des gains records, elles n'ont pas fait preuve de leadership.

Notons toutefois que Facebook a, fin 2011, investi largement dans les énergétiques renouvelables, notamment pour alimenter son nouveau centre de données, et dans l'efficacité énergétique de ses appareils. Facebook sera repris dans le classement dès l'année prochaine.

Lisez le rapport complet (en anglais)

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).