Vêtements non toxiques : la tendance se renforce grâce à H&M

Poster un commentaire
Actualité - 20 septembre, 2011
H&M, seconde chaîne de confection au monde, s'engage à éliminer tout rejet de produits chimiques lors de la confection de ses vêtements d'ici 2020. Pour faire plier la multinationale, des bénévoles ont apposé des auto-collants sur des vitrines dans douze pays tandis que des centaines de milliers d'autres ont participé à une pétition sur Twitter.

Cet été, Greenpeace a publié un rapport démontrant que lors de la fabrication des vêtements de marques comme H&M, Puma, Nike et Adidas, des substances toxiques étaient rejetées dans des rivières en Chine, où est concentré le secteur textile. Un véritable cocktail de substances toxiques a ainsi pu être mesuré dans l'eau. Non biodégradables, ces substances finissent par s'accumuler dans la chaîne alimentaire.

Cette eau contaminée est consommée au quotidien par des millions de personnes. Il arrive aussi qu'elle serve à l'irrigation de terres agricoles. H&M reconnaît que les centaines de milliers de personnes vivant autour des usines ont le droit de savoir ce qui est rejeté dans les rivières. C'est pourquoi elle s'engage à rendre publiques, d'ici fin 2012, toutes les données relatives aux substances chimiques rejetées par ses fournisseurs. Et, au plus tard en 2020, H&M s'engage à ce que la fabrication de ses vêtements n’entraîne plus de déversements toxiques dans les rivières. L'entreprise suit ainsi l'exemple de Nike, Adidas et Puma qui ont récemment fait une déclaration en ce sens.

Pour en savoir plus sur l'engagement de H&M.

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).