Viande brésilienne et déforestation : un importateur belge sur la sellette

2 commentaires
Actualité - 6 juin, 2012
Visite surprise ce matin de quelques activistes de Greenpeace auprès de l’importateur de viande congelée brésilienne Van Aerde (Anvers). Leur mission était de lui demander des comptes quant à la provenance exacte de la viande importée.

Viande brésilienne et déforestation  - Greenpeace auprès de l’importateur de viande congelée brésilienne Van Aerde (Anvers) - Amazonie

L’élevage bovin est aujourd’hui le principal moteur de la déforestation en Amazonie. 62% des terres déboisées sont actuellement occupées par du bétail.

Pour éviter d’être complice, une seule solution : suspendre ou arrêter tout contrat avec JBS, le leader mondial de la protéine animale, pris pour la troisième fois en flagrant délit de faits de déforestation, d’esclavagisme et de violation des droits des peuples autochtones. C’est en effet ce qui ressort d'un nouveau rapport publié aujourd’hui par Greenpeace. Un rapport dans lequel il évalue les progrès réalisés par ce géant du commerce de la viande et du cuir. L’évaluation est rapide : No Progress !

Illégalités et violation des droits humains

Suite à différentes investigations sur le terrain, Greenpeace dénonce depuis 2009 les relations malsaines qui existent entre JBS et des fermes ne respectant pas la législation en matière de coupes forestières ou fonctionnant avec des travailleurs privés de liberté, suite par exemple au non-paiement de leurs dettes. Ces enquêtes de terrain ont également permis de réaliser à quel point certains peuples autochtones pâtissent des activités de ce secteur, indirectement soutenu par les autorités brésiliennes.

Certains groupements ne peuvent par exemple plus consommer l’eau des rivières qui traversent leurs terres tellement celles-ci sont polluées par les intrants. JBS a signé en 2009 un accord dans lequel il s’engageait à éviter tous liens avec des fermes impliquées dans ce type d’infraction. Nous savons maintenant qu’il n’en est rien.

Prendre ses responsabilités

Raison de plus pour Greenpeace d’interpeller les clients de JBS. Tant que Van Aerde se fournit chez eux, ses propres clients ne pourront pas avoir la garantie de ne pas contribuer eux aussi à la destruction de l’Amazonie. Et les consommateurs encore moins…

« Nous sommes ici pour rappeler à Monsieur Van Aerde que l’industrie doit prendre ses responsabilités face à des problèmes qui concernent toute la société comme le climat et la perte de la biodiversité, explique An Lambrechts depuis la région anversoise. Cette responsabilisation est nécessaire à tous les maillons de la chaîne. Nombreux sont les consommateurs qui ne voudraient pas être impliqués indirectement dans la destruction d’un biotope aussi exceptionnel que l’Amazonie. »

C’est au Brésil que se trouve actuellement le plus grand cheptel commercial au monde et les autorités brésiliennes semblent bien décidées à doubler leurs parts sur ce marché (viande et cuir). C’est une perspective irréconciliable avec la recrudescence attendue de la déforestation suite à la réforme du Code forestier brésilien que Dilma Rousseff n’a pas jugé bon de contrer totalement.

Il est grand temps que le Brésil démontre qu’il est bel et bien possible de se développer sans réduire ses ressources naturelles à néant. C’est d’ailleurs à Rio que s’ouvrira dans les tout prochains jours, le Sommet sur le développement durable. A suivre…
Plus d’info : consultez notre page regroupant l’ensemble de nos documents relatifs à la problématique.

 

Sans votre générosité, nous ne pourrions pas agir: soutenez notre campagne "Zéro Déforestation"

Thèmes
2 commentaires Ajouter un commentaire

(Non-inscrit ) Etienne dit:

Je salue le courage et la détermination de ceux qui n'hésitent pas à descendre sur le terrain, avec risque souvent.
Mais quan...

Posté 7 juin, 2012 à 16:21 Signaler un abus Répondre

Lire la suite Read less

Patrick Beckers dit:

Well done Greenpeace...enfin bravo !

Posté 6 juin, 2012 à 20:45 Signaler un abus Répondre

1 - 2 de 2 résultats.

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).