Un canular pour éviter 81.840 camions supplémentaires par jour en région bruxelloise

Actualité - 9 décembre, 2010
Oui, c'est bien Greenpeace qui est derrière la note 'Capital Solutions for Brussels'. Un document diffusé par un bureau de consultants fictif et consacré à l'accessibilité de Bruxelles et sa région qui a fait pas mal de bruit dans les médias flamands. L'idée de ce canular est d'attirer l'attention sur les conséquences pour la vivabilité de Bruxelles et sa région d'un ensemble de plans existants et qui concernent son avenir économique et sa mobilité.

Ring de Bruxelles

La note publiée par le bureau de consultants fictif contient certains éléments qui relèvent d'une logique poussée à l'extrême. Cette logique est celle du pouvoir actuel. Ils ont seulement été 'montés en épingle'. On peut ainsi lire dans la note qu'il faudra au moins 17 bandes de circulation supplémentaires sur tout le ring de Bruxelles (R0). Il y est également question de zones où la fonction habitat devra céder le pas à des zones vouées à la logistique ou à l'industrie. Fort de café tout ça ? L'option 'expropriations' n'est pas aussi fantaisiste que ça.

Un document rédigé pour le compte de la Région flamande – le START-plan (en néerlandais) – le prévoit explicitement. Ce document qui définit la vision de la Flandre pour les quinze prochaines années n'était jusqu'ici pas public. En le dévoilant, Greenpeace permet à tous les acteurs concernés de prendre la mesure exacte de ce qui se prépare.

Ce plan évoque entre autres une capacité doublée pour l'aéroport de Zaventem. On passerait ainsi de 15 à 35 millions de passagers à l'horizon 2025. On prévoit également une augmentation du fret de l'ordre de 1,2 millions de tonnes par an. Des centaines d'hectares seraient de plus consacrés des activités de logistique. L'impact de ces plans pour Bruxelles et sa région n'a toujours pas été évalué.

Plate-forme logistique ?

« Nous pensons que l'on cherche à imposer l'élargissement du ring de Bruxelles parce que d'autres plans existent pour faire de Bruxelles et sa région, une plate-forme logistique, précise encore Joeri Thijs, notre spécialiste Transports. Mais on évite d'en tirer les conséquences négatives pour l'environnement, la santé et la qualité de l'air ! C'est ce que nous avons fait avec notre note. »

Pour Greenpeace, une partie du problème vient de l'importance que l'on confère à l'option logistique pure. D'un point de vue économique, elle apporte peu de plus-value et engendre énormément de trafic. Au nord de Bruxelles, un terrain de 50 ha risque d'être converti à la logistique dans la localité de Meise-Westrode. Selon les calculs du comité de quartier local et de Greenpeace, les quelque 1.337 habitants risquent de voir défiler 6.000 camions par jour ! Appliqué aux 763 ha TDL, cela donnerait 81.840 camions supplémentaires et 1968 km de files en plus !

« Nous ne sommes pas contre la logistique et certainement pas contre l'économie, conclut Joeri Thijs. Nous pensons que les pouvoirs publics doivent faire des choix où la qualité de la vie compte.»

Des alternatives à l'élargissement du ring de Bruxelles

En ce qui concerne le projet d'élargissement du ring de Bruxelles proprement dit, Greenpeace invite les autorités à considérer sérieusement des pistes alternatives qui permettront de réconcilier mobilité et climat. Il s'agit par exemple d'une révision du régime fiscal des voitures de société - actuellement un véhicule sur deux sur le ring R0 - ou la mise en place d'une taxe kilométrique intelligente ou encore l'instauration par des entreprises de plans de déplacements.

Les bouchons ne sauteront pas

Ces alternatives sont d'autant plus capitales que rien ne prouve que l'élargissement du R0 permettra de résoudre la problème de congestion automobile que l'on connaît aujourd'hui. Plusieurs études ont démontré qu'une augmentation de la capacité routière se solde généralement (et à relativement court terme) par un surcroît de trafic. Et ce en raison de l'effet d'appel selon lequel plus il y a des routes, plus il y a de la circulation.

Alors que l'on négocie pour le climat, il serait absurde de ne pas tout miser sur une mobilité durable dans Bruxelles et sa région. Le secteur Transport est toujours le seul secteur dont les émissions de CO2 augmentent. C'est pourquoi Greenpeace propose aux riverains et citoyens concernés d'agir pour éviter l'élargissement du R0.

Faites entendre votre voix contre l'élargissement du Ring