Une commission juge et partie

Actualité - 16 novembre, 2006
En collaboration avec Inter-Environnement Wallonie et son pendant néerlandophone, le Bond Beter Leefmilieu, Greenpeace publie une analyse critique du rapport préliminaire de la « Commission Energie 2030 » mise sur pied par le ministre fédéral de l’énergie, Marc Verwilghen. Principales objections des défenseurs de l’nvironnement : la composition de la commission et ses hypothèses de travail

Cette commission est en effet composée de membres permanents, rejoints par d’autres experts. Il n’était pas difficile de flairer la supercherie : son président et son vice-président sont financés par le nucléaire, et peuvent dès lors difficilement revendiquer une vision indépendante des choix politiques pour une refonte de

notre paysage énergétique. Une caractéristique partagée par la majorité des membres permanents de la Commission. Tous les détails ici. Avec une telle commission, les dès sont pipés et la Belgique risque bien de ne jamais sortir du cauchemar nucléaire.


Plusieurs éléments d’analyse viennent confirmer l'interprétation biaisée de l’étude

réalisée à la demande du ministre fédéral de l'énergie.


Des solutions existent pourtant. D'autres études le prouvent, à commencer par le scénario établi il y a quelques mois à la demande de Greenpeace.