Greenpeace n'a rien d'une association de malfaiteurs...

Actualité - 15 septembre, 2008
La Chambre du Conseil du tribunal de première instance de Dendermonde vient d'acquitter Greenpeace dans l'affaire qui l'oppose à Electrabel et suite à laquelle elle était soupçonnée d'être une "association de malfaiteurs". Une décision essentielle pour toutes les organisations jetant un regard critique sur la société. Electrabel est également condamnée à payer 1200 € pour les frais de justice. La plainte d'Electrabel est toujours pendante dans d'autres arrondissements judiciaires et Greenpeace espère que leurs conclusions seront similaires.

Greenpeace a récemment manifesté devant le tribunal à Dendermonde contre les atteintes à la liberté d’expression par Electrabel, ensemble avec des représentants de la Plate-forme pour la liberté d’expression.

Une plainte pour 'association de malfaiteurs' a été déposée par Electrabel en 2007 dans sept arrondissements judiciaires. Dendermonde est le premier arrondissement à se prononcer. Un précédent inestimable et une victoire pour la liberté d'expression. Pour rappel, Greenpeace avait dénoncé, par diverses actions pacifiques, la politique énergétique passéiste d'Electrabel qui continue à produire de l'électricité dans des centrales au charbon et nucléaires. Cette prise de position dans un débat de société lui avait valu une réponse procédurière d'Electrabel.