Textiles toxiques : votre voix compte

Poster un commentaire
Actualité - 20 novembre, 2012
Que portez-vous aujourd'hui ? Touchez vos vêtements. Encore. En fait, vous touchez un simple morceau de tissu. Un morceau de tissu que vous avez choisi mais, derrière lequel se cache toute une histoire. En effet, chaque article, dans votre garde-robe ou la mienne, a une histoire.

Consultez nos pages "Spécial Detox".

Cette histoire, ce sont les marques de vêtements qui l'écrivent aujourd'hui. Elle met en avant des cours d'eau, appartenant à tous, qui sont traités comme des égouts privés. Elle met en avant aussi des rivières contaminées et des substances chimiques dangereuses, persistantes et perturbatrices du système hormonal qui peuvent causer bien des dommages aux écosystèmes, à nos vies.

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais nous, nous n'aimons pas cette histoire. Par contre, nous aimons nos vêtements car, à travers eux, nous exprimons qui nous sommes, nous montrons notre identité. Nous sommes cependant intimement convaincus que les vêtements que nous portons et que nous aimons ne doivent pas être fabriqués au détriment de notre Terre.

Non, nos vêtements ne doivent pas être fabriqués au départ de substances toxiques. Ils ne doivent pas non plus être fabriqués dans l'opacité et provoquer une pollution toxique de l'eau. Enfin, ils ne doivent pas être faits pour être usés à une telle vitesse que nous ne pouvons plus suivre au niveau des achats.

Il existe une autre façon d'agir. Et c'est à vous de le faire savoir. Car les marques qui fabriquent ce que nous portons vous écoutent. Pourquoi ? Car sans vous, elles ne sont strictement rien. Et elles le savent bien. Nous avons une voix. Nous avons un impact incroyable sur elles. A titre individuel mais plus encore, lorsque nous nous regroupons.

Notre voix compte !

Cet impact, on l'appelle aussi #PeoplePower. Il ne fait que grandir : nous aimons nos vêtements et nous voulons que les choses progressent. C'est pourquoi cette année, dans le cadre de la campagne Detox de Greenpeace, nous faisons des recherches encore plus pointues à propos des substances chimiques dangereuses utilisées pour fabriquer nos vêtements. 

Aujourd'hui, nous mettons en avant les liens entre les usines textiles qui utilisent des substances chimiques toxiques et la pollution de l'eau. Nos investigations portent sur 20 marques réputées. Nous avons par ailleurs fait analyser 141 articles vendus par des marques comme Zara, Metersbonwe, connue en Chine, Calvin Klein, Levi's, Mango, Tommy Hilfiger et Vero Moda.

Nous demandons à ces marques de cesser tout rejet de substances chimiques dangereuses dans l'environnement. La meilleure façon de procéder est de les remplacer par des alternatives plus sûres.  Et pour montrer qu'elles prennent l'affaire au sérieux, les marques doivent adopter une attitude transparente et rendre publique la liste des substances chimiques que leurs fournisseurs déversent dans l'environnement, via les rejets de leurs usines.

Si les marques qui ont véritablement du poids collaborent avec leurs fournisseurs et adoptent une attitude innovante en remplaçant les substances nocives par des alternatives sûres et en les introduisant ensuite sur le marché, d'autres suivront. Si nous sommes suffisamment nombreux à réclamer ce virage, il finira par être emprunté... 

Pensez simplement aux progrès que nous avons déjà réalisés : sept grandes marques internationales (Puma, Nike, Adidas, H&M, M&S, C&A et Li-Ning) se sont engagées à modifier leur façon de fabriquer leurs vêtements... parce que vous le leur avez demandé.

Du côté de certaines marques comme Zara, c'est le silence. Si vous partagez notre vision pour le futur, rejoignez notre campagne visant à exiger de Zara qu'elle « détoxe » ses vêtements. Dites à Zara que vous vous opposez à la présence de substances dangereuses dans les vêtements et les cours d'eau. Ensemble, nous pouvons veiller à ce que nos vêtements racontent une autre histoire : une histoire plus belle, pour chacun d'entre nous.

Lisez le résumé de notre nouveau rapport : les dessous toxiques de la mode.

Rapport complet, Toxic Threads: The Big Fashion Stitch-Up, en anglais.


Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).