Action pour une réforme des procédures d'autorisation des OGM en Europe

Actualité - 23 novembre, 2008
Des volontaires de Greenpeace ont escaladé le bâtiment au cœur du quartier européen, pour déployer une immense banderole d'un maïs génétiquement modifié. L'action de Greenpeace coïncide avec la dernière réunion européenne des experts nationaux qui discutent de la réforme des procédures d'autorisation des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) en Europe. Ces discussions ont lieu à l'approche du Conseil des ministres européens de l'Environnement qui devra, la semaine prochaine, se prononcer sur les conclusions des experts.

Des bénévoles de Greenpeace ont escaladé un bâtiment au coeur du quartier européen, pour y déployer une immense banderole marquée d'un maïs génétiquement modifié.

En contaminant symboliquement une partie du quartier Schuman avec des dizaines de plants de maïs, les volontaires de Greenpeace ont voulu mettre les décideurs politiques en garde contre les risques des OGM pour l'environnement et la santé.  Le Conseil de l'Environnement du 4 décembre prochain pourrait s'avérer déterminant pour la future politique de l'Europe en matière d'OGM. Greenpeace demande aux ministres européens de l'Environnement de réformer le système d'autorisation des OGM. La procédure actuelle d'évaluation des risques n'est pas en mesure d'évaluer les impacts à long terme des plantes GM sur l'environnement, la biodiversité, la santé humaine et animale.

Les impacts à long terme

Une étude récente, commanditée par le gouvernement autrichien, soulève d'importantes questions quant aux risques que feraient peser les OGM sur la santé (1). Des souris nourries avec une variété autorisée de maïs GM de Monsanto (NK603xMON810) se reproduisent plus difficilement que celles nourries avec une variété de maïs similaire, mais conventionnelle. Ce maïs GM a été autorisé à la consommation humaine et animale en Europe en 2007 sur base d'un avis positif rendu par l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Une procédure inadéquate

Actuellement, les décisions de l'EFSA constituent le seul fondement des autorisations accordées par l'Union européenne pour les OGM. L'EFSA se base exclusivement sur les données que consentent à lui fournir les fabricants. En dépit des données scientifiques contradictoires et des préoccupations formulées par certains États-membres, pas un seul avis négatif à l'encontre d'un OGM n'a encore été formulé par l'EFSA. L'EFSA et la Commission européenne continuent d'approuver systématiquement tout ce que les firmes agro-chimiques lui présentent. Cette situation est inacceptable. Les ministres européens de l'Environnement doivent y mettre fin et réformer la procédure d'évaluation des OGM en Europe.

Greenpeace demande aux ministres européens de l'Environnement :

  • De renforcer la procédure d'évaluation des risques des OGM et de réformer l'EFSA
  • De suspendre toutes les autorisations d'OGM tant que les procédures européennes d'évaluation des risques ne seront pas sensiblement améliorées, et que l'EFSA ne sera pas armée pour évaluer les impacts à long terme des OGM sur l'environnement et leurs conséquences d'un point de vue socio-économique
  • De prévenir la contamination des semences par les OGM
  • De garantir le droit des États-membres d'instaurer des zones sans-OGM
  • D'interdire toutes les variétés de maïs GM

Agissez pour une Europe sans OGM

Il ne reste que quelques jours jusqu’au vote du conseil européen de l’Environnement qui sera déterminant pour la politique des OGM en Europe ! Ce que nous devons faire : Montrer aux décideurs politiques que les citoyens d’Europe leur demandent de protéger notre alimentation, notre santé et l’environnement. Faites entendre votre voix !