Diminution de la fertilité chez les souris nourries au maïs génétiquement modifié

Actualité - 16 novembre, 2008
Une étude publiée le 11 Novembre par le gouvernement autrichien soulève de nouvelles et très sérieuses questions quant à l’impact des OGM à long terme sur la santé animale. L’expérimentation menée par l’Université de Vienne fait en effet apparaître que la fertilité de souris nourries avec une variété de maïs OGM diminue significativement dès la 3e génération. Ce maïs est autorisé à l’alimentation humaine et animale en Europe.

Des activistes déguisés en souris protestent devant le Conseil des ministres à Bruxelles où a lieu une réunion sur la politique des OGM de l'Union européenne. Greenpeace demande une attention particulière sur les risques causés par les OGM sur l'environnement et la santé.

La contradiction entre les études indépendantes et les études menées par les industriels, dont se sert l'EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments) pour autoriser les OGM en Europe, apparaît de nouveau au grand jour. Compte tenu de ces nouveaux éléments, Greenpeace appelle au retrait du marché du produit mis en cause. Ces organismes ne doivent plus être autorisés en Europe tant que l'autorité de sécurité alimentaire ne sera pas en mesure de les évaluer correctement.

Conduite par l'Université de Vienne et commandée par les ministères autrichien de la santé et de l'environnement, cette étude, l'une des seule s'intéressant aux effets à long terme des OGM, a comparé selon différentes modalités l'évolution sur plusieurs générations de groupes de souris nourries d'un côté avec une alimentation contenant 33% de maïs OGM (issu d'un croisement de mais MON 810 et NK 603) et de l'autre avec une alimentation équivalente mais exempte de maïs OGM. Outre les problèmes décelés en matière de reproduction, le nombre et le poids des souriceaux sont plus faibles dans le groupe « OGM » dès la 3e génération. Les conditions étant égales par ailleurs, cet effet peut être imputé à l'alimentation.

Brevetée par Monsanto, la variété utilisée lors de ces expérimentations est un croisement de MON 810 et NK 603. Il est autorisé à l'alimentation humaine et animale en Europe.

Téléchargez l'étude (en anglais) Un résumé figure en p7.

Agissez pour une Europe sans OGM

Il ne reste que quelques jours jusqu’au vote du conseil européen de l’Environnement qui sera déterminant pour la politique des OGM en Europe ! Ce que nous devons faire : Montrer aux décideurs politiques que les citoyens d’Europe leur demandent de protéger notre alimentation, notre santé et l’environnement. Faites entendre votre voix !

Tags