Greenpeace stoppe un chargement d’OGM dans les eaux polonaises !

Actualité - 1 décembre, 2005
Greenpeace a empêché un bateau transportant 25.000 tonnes de soja génétiquement modifié (OGM) en provenance d’Argentine de décharger sa cargaison dans le port polonais de Gdynia. Des activistes de l’organisation, issus de plus de dix pays européens, se sont enchaînés à l’ancre du navire, stoppant ainsi net le bateau dans sa tentative de rejoindre les entrepôts de stockage des marchandises. Cette action a pour but de mettre en lumière les problèmes environnementaux liés à la culture des OGM.

Greenpeace empêche un bateau transportant 25.000 tonnes de soja génétiquement modifié (OGM) en provenance d’Argentine de décharger sa cargaison dans le port polonais de Gdynia

En Argentine, le soja transgénique est à l'origine de graves problèmesenvironnementaux, tels que la déforestation, l'emploi accrud'herbicides et d'insecticides toxiques, des sols fragilisés presqueinfertiles et des plantes rendues plus sensibles aux maladies etravageurs.

« Le soja OGM importé en Pologne est utilisé pour fabriquer lesaliments des animaux d'élevage » explique Geert Ritsema, chargé decampagne OGM pour Greenpeace International. « Il est effrayant de voirque les porcs polonais, du fait de leur alimentation, puissent causerdes dommages environnementaux graves à l'autre bout de la planète !Cette façon d'agir doit immédiatement cesser. Nous demandons donc àl'industrie polonaise de stopper toute importation de soja OGM ».

Le soja transgénique est en train de se frayer un passage privilégiévers la chaîne alimentaire européenne via la Pologne. Durant les cinqdernières années, les importations de soja OGM argentin vers ce paysont été multipliées par six. Les industries de la viande en Pologne -principalement sous contrôle étranger- qui nourrissent leurs porcs avecdu soja OGM, exportent également vers la Belgique, l'Allemagne, laSuède, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Lettonie, la Lituanie et laRoumanie.

La majorité des consommateurs refuse les OGM. Ils ont d'ailleurs déjàété éliminés de l'alimentation humaine. Mais en raison d'une failledans la législation européenne, ils continuent à être utilisés dansl'alimentation des animaux d'élevage dont nous consommons ensuite lesproduits.

Pour plus d'informations, cliquez sur : Environmental and healthconcerns of genetically engineered (GE) crops in animal feed et Theexpanding soybean frontier. Argentina's dangerous reliance ongenetically engineered soybean.