Mini marée noire au Berlaymont

ils s'engluent pour éviter une nouvelle catastrophe !

1 commentaire
Actualité - 14 juillet, 2010
Des militants de Greenpeace couverts d'une substance visqueuse rappelant le pétrole ont attendu l'arrivée, dans le quartier européen, des 18 CEO des plus grandes compagnies pétrolières au monde. Ces derniers avaient rendez-vous avec Günther Oettinger, le commissaire européen à l'Énergie et le commissaire à l'Environnement Janez Potočnik. Objectif de la rencontre ? Discuter le futur du deep sea drilling en Europe. Les militants ont déployé des banderoles sur lesquelles , on pouvait lire « Non aux forages profonds en mer - Stop Deep Sea Drilling», incitant ainsi les compagnies pétrolières à se retirer des zones - particulièrement incontrôlables - de forages profonds.

On estime que, depuis l'explosion du 20 avril, 2 à 3 millions de litres de pétrole continuent à s'écouler chaque jour dans la mer, avec toutes les conséquences que cela implique.

Vers une interdiction du deep sea drilling ?

Greenpeace soutient la proposition faite la semaine dernière par le commissaire à l'Énergie, Oettinger qui envisage une interdiction sur les forages profonds, dans les eaux européennes. Les compagnies pétrolières ne semblent pas avoir intégré la leçon du désastre du Golf du Mexique alors que la marée noire continue à s'étendre, des compagnies comme BP font comme si de rien n'était et élaborent toujours des plans pour explorer les fonds marins. Les conséquences d'une marée noire du type de celle engendrée par BP en Méditerranée, en mer du Nord ou encore dans l'Arctique seraient rien moins que catastrophiques. Il est temps également de mettre un terme à notre dépendance au pétrole et de reconnaître que les forages profonds présentent des risques inacceptables.

Réduire notre dépendance au pétrole

Les responsables politiques et les industriels doivent s'atteler sans attendre à la réduction drastique de notre consommation de pétrole. A terme, nous devons nous passer de tout recours aux énergies fossiles. Le secteur des Transports se montre particulièrement gourmand lorsqu'il s'agit de ces énergies polluantes. Ainsi, au sein de l'Union européenne, deux tiers de la consommation de pétrole est destinée aux transports. L'industrie du pétrole répond à la demande croissante en prenant des risques de plus en plus inconsidérés et entreprend d'exploiter les réserves les plus reculées.

Des voitures moins énergivores, un climat en meilleure forme

La Belgique occupe pour six mois, la présidence de l'UE, c'est une chance historique de mettre le secteur des Transports sur les rails d'une plus grande durabilité. Il faut pour cela imposer à l'industrie automobile des normes strictes pour les véhicules. En les rendant moins énergivores, on pourra se défaire d'une partie de notre dépendance au pétrole. La lutte contre le réchauffement planétaire ne s'en portera que mieux.

ploumploum dit:

Merci à greenpeace d'interpeller les politiciens et lobbyistes

Des scientifiques parlent de mesures de benzène supérieure ...

Posté 19 juillet, 2010 à 11:32 Signaler un abus Répondre

Lire la suite Réduire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).