Un réseau de réserves marines sur Google Earth et une liste rouge des poissons menacés

Actualité - 7 juillet, 2008
Greenpeace se mobilise pour la sauvegarde des océans ! Elle mène action contre les grandes flottes de pêche dans la Méditerranée et le Pacifique ; elle informe les consommateurs et les détaillants des espèces qu'il vaut mieux éviter (car menacées) ; et enfin, elle donne un aperçu sur Google Earth des solutions pour sauver les océans : un réseau mondial de réserves marines.

Plaidoyer pour davantage de réserves marines.

Les réserves marines : solution pour la surpêche

Le rôle crucial que les réserves marines peuvent jouer pour lutter contre les effets de la surpêche est de plus en plus souvent corroboré par des preuves scientifiques. Les réserves marines sont indispensables pour la protection de toute la vie marine et de leur environnement aquatique.

Les réserves marines sont des zones océaniques bien délimitées et inaccessibles à toutes formes d'activités commerciales ou récréatives. Quand ces conditions sont remplies, la vie retrouve ses droits dans l'océan pour le plus grand bénéfice des baleines, des phoques, des oiseaux sans oublier les innombrables créatures qui peuplent les fonds marins.

Il est indispensable que de telles réserves soient instaurées à grande échelle. A l'échelon planétaire, Greenpeace plaide pour un réseau de réserves marines équivalent à 40% de la superficie des océans, incluant des écosystèmes fragiles et précieux. Hors de ces réserves, tout doit bien sûr être mis en oeuvre pour permettre une gestion durable de l'océan et de la vie aquatique.

Dans le Pacifique

Ces derniers mois, Greenpeace a sillonné l'océan Pacifique avec l'Esperanza. Mission? Documenter et dénoncer la surpêche et particulièrement celle qui affecte le thon jaune et le thon 'obèse'. Des actions pacifiques ont été menées à Taiwan, en Corée, en Espagne et aux Etats-Unis. Elles ont porté leurs fruits : 8 îles de l'océan Atlantique soutiennent à présent le plan de Greenpeace et ont rédigé un document qui vient renforcer l'impact des autorisations de pêche dans leurs eaux nationales.

Dans la Méditerranée

L'Arctic Sunrise a pour sa part croisé en Méditerranée où il s'est également opposé à la pêche au thon. La surpêche est telle que tout le secteur est menacé. Greenpeace plaide pour l'arrêt des pêcheries actuelles jusqu'à la mise au point d'un système de gestion de la pêche, prévoyant des réserves marines, des zones vouées à la reproduction pour le thon rouge. Ceci a mené à une solide confrontation entre 3 bateaux de pêche turcs et l'Arctic Sunrise. Greenpeace appelle aujourd'hui à la création de réserves marines pour s'assurer que demain il restera encore des poissons dans nos mers.

Vu du ciel

Des associations sans but lucratif comme Greenpeace peuvent - via le Google Earth Outreach programme - coupler des informations aux applications Google Earth.

Aperçu des diverses réserves marines existantes

Une carte plus détaillée des réserves marines en Méditerranée

Liste rouge des poissons menacés

Trop souvent, il nous est impossible de savoir si les produits de la mer que nous trouvons dans les rayons de nos supermarchés ont été pêchés selon un mode d'exploitation et de gestion durables. Mais il y a du nouveau depuis peu : la liste rouge publiée par Greenpeace indique les espèces de poissons que les consommateurs et les détaillants devraient éviter.

Consultez la liste rouge des poissons menacés