A l’approche du Sommet de Copenhague, on réveille le gouvernement flamand

Actualité - 12 novembre, 2009
« Kris, le climat est sur des charbons ardents », voici comment les militants de Greenpeace ont ‘réveillé’ le ministre Kris Peeters pendant le conseil des ministres. La Flandre doit plaider en faveur d’une réduction d’au moins 40% des émissions de CO2 comme objectif à la conférence pour le climat à Copenhague et refuser l’ouverture de nouvelles centrales au charbon. Greenpeace a demandé au Ministre-Président flamand de confirmer ces exigences, mais c’est le silence radio.

Greenpeace demande au Ministre-Président flamand de faire des promesses pour le climat.

A 23 jours du sommet climatique à Copenhague, tous les politiciens doivent prendre leurs responsabilités. D'après les récentes études du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le réchauffement de la planète ne peut en aucun cas dépasser les 2°C. Cela signifie que les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent baisser au plus tard à partir de 2015 en termes absolus. Des décisions courageuses sont nécessaires à Copenhague pour relever cet énorme défi. L'une d'elles est que les riches pays industrialisés réduisent leurs émissions de CO2 de 40% pour 2020.

Greenpeace s'inquiète du comportement de Peeters et de ses ministres, qui n'ont pas cessé d'appuyer sur la pédale de frein lors de la détermination du point de vue belge. Pire encore, le gouvernement pourrait accepter la construction d'une nouvelle - et grande - centrale au charbon dans le port d'Anvers. Cette usine de CO2 libérerait chaque année 6,3 millions de tonnes de gaz à effet de serre dans l'air, soit 8 % de plus que les émissions actuelles de la Région flamande.

Greenpeace a demandé déjà le 30 septembre à Kris Peeters de signer au nom de ses ministres une déclaration d'intention comportant deux requêtes claires:

  1. Que le Gouvernement flamand transpose en politique les résultats des études scientifiques du GIEC et qu'il agisse pour que l'UE fasse passer à Copenhague un objectif de 40% de réduction des gaz à effet de serre pour les pays industrialisés
  2. Que plus aucune nouvelle centrale au charbon ne soit construite en Flandre.
    Le ministre Peeters a eu jusqu'au 30 octobre pour répondre, mais il ne l'a toujours pas fait. Il est grand temps que le Gouvernement flamand se réveille, car pour le climat, il est moins une.

Greenpeace remet une photo d'action au Ministre-Président flamand, Kris Peeters, qui a écouté nos revendications.