Amadea : pomme de terre OGM illégale découverte en Suède

2 commentaires
Actualité - 10 septembre, 2010
Fin août, des plants d’Amadea, une pomme de terre génétiquement modifiée (OGM) expérimentale – non testée, non évaluée et non autorisée en Europe – ont été découverts dans un champ d'une autre variété de pomme de terre OGM : l'Amflora. Nous pouvons réagir et refuser la généralisation de ces contaminations génétiques, notamment via la pétition réclamant un moratoire sur les autorisations d'OGM en Europe.

En Suède, des plants de pomme de terre Amadea – non testée, non évaluée et non autorisée en Europe – ont été découverts dans un champ.

Ce n'est plus un scoop, la pomme de terre transgénique Amflora est sur les rails. Elle est cultivée dans trois pays : l'Allemagne, la Suède, la République tchèque. L'organisme génétiquement modifié (OGM) - développé par le géant allemand BASF -  est une plante destinée à produire de l'amidon pour l'industrie.

Il n'aura pas fallu plus de quelques mois pour que cette pomme de terre transgénique défraye la chronique. Pourquoi ? Parce qu'en Suède, des plants d'Amadea ont été trouvés dans un champ d'Amflora. La purée ! Le sel de l'histoire est que l'Amadea est à l'heure actuelle non testée, non évaluée et non autorisée en Europe...

Cet incident montre une fois de plus l'impossibilité d'éviter des contaminations d'OGM. Réactions de BASF ? Il s'agit d'une « simple erreur humaine » commise par sa filiale suédoise Plant Science Sweden.

La réaction des autorités suédoises dans ce dossier reste bien timorée : elles ont en effet exigé que les champs soient débarrassés des plants d'Amadea, mais autorisent le maintien des plants d'Amflora, en dépit de la forte probabilité de contamination. Les autorités scandinaves ont également imposé à BASF de vérifier si les champs de pommes de terre génétiquement modifiées en Allemagne et en République tchèque sont à leur tour contaminés. La Commission européenne a, quant à elle, demandé à BASF de s’expliquer devant l'Union européenne sur la « bourde » commise.

Une variété en annonce une autre

L’épisode est embarrassant pour BASF qui a récemment annoncé son intention de faire une demande d’autorisation auprès de la Commission européenne pour sa pomme de terre Amadea. Est-ce un hasard du calendrier ou, une fois de plus, un exemple du syndrome « on contamine d’abord, on autorise ensuite » ? Il faut également rappeler que, dans le même temps, BASF travaille toujours au développement de la Fortuna, une pomme de terre génétiquement modifiée résistante au mildiou, qui serait quant à elle destinée à l’alimentation humaine. La firme espère obtenir l’homologation de la Fortuna courant 2011. D'autres projets de pommes de terre transgéniques destinées à finir dans nos assiettes existeraient également.

Une faille inquiétante dans le système

Cet incident semble être le résultat d’une déplorable et inquiétante faille dans le dispositif de bio sécurité. Il prouve, s’il en était encore besoin, l’inévitable contamination et l’impossibilité de réellement séparer les cultures… Des précédents existent, et les cas de contamination de semences conventionnelles ou bio par des semences transgéniques sont fréquents. A travers ces incidents successifs, la contamination paraît inévitable ! Face à cette incertitude, les gouvernements européens doivent intervenir auprès de la Commission européenne pour l’empêcher d’autoriser d’autres plantes génétiquement modifiées. C’est la seule solution pour arrêter la contamination, dans nos champs et de nos assiettes.

A nous d'agir

Le défi est de taille mais si nous sommes un million à réclamer un moratoire sur les nouvelles autorisations d'OGM, l'UE est obligée d'envisager sérieusement la question. Le seuil du million de signatures est presque atteint. Avec votre aide ou celle de vos proches, nous pouvons éviter de nouvelles contaminations génétiques.

2 commentaires Ajouter un commentaire

ploumploum dit:

QQ'un peut-il m'en dire plus sur avaaz?

cette organisation a poussé comme un champignon pour devenir un acteur "incontournable&...

Posté 18 septembre, 2010 à 2:22 Signaler un abus Reply

Read more Read less

ploumploum dit:

Pour Baroso, le danger principal qui menace l'humanité vient du CO2.

Instaurer un marché du carbone c'est ok
Empêcher le tiers monde d'avoir l'électricité c'est ok aussi

mais un moratoire sur les OGM c'est contraire à la loi du marché.

ca ne plaira ni aux Rockefeller ni à Baroso.

Posté 18 septembre, 2010 à 2:15 Signaler un abus Reply

1 - 2 de 2 résultats.

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).