18.829 signatures, un débat et un peu d'espoir pour les forêts du Congo

1 commentaire
Actualité - 28 septembre, 2010
Lancée le 27 juin dernier, la pétition en faveur des forêts du Congo a récoltée 18.829 signatures en trois mos! François Rijckmans, spécialiste du Congo et journaliste à la RTBF, n'a pas manqué de souligner la performance... La Belgique commence à prendre conscience des enjeux liés à la sauvegarde des forêts congolaises. Invité en tant qu'observateur à la table-ronde, organisée par Greenpeace, il n'a pas perdu une goutte des échanges entre partis politiques présents.

Remise des 18.829 signatures aux représentants de 7 partis politiques belges

Les débats se sont déroulés en l'absence du MR et du CD&V. Les autres partis politiques se sont rejoints autour de l'exigence de cohérence pointée par Greenpeace en matière d'aide au Congo. Plus de cohérence pourrait donner de la consistance à l'aide belge. Tous se sont également accordés sur « le coup de mou » observé ces derniers temps. La table-ronde, présidée par Michel Genet, directeur général de Greenpeace a permis à tous d'évaluer les nuances existantes entre la volonté d'engagement affichée par les partis présents.

Les idées commencent à germer

Le sp.a et l'Open VLD ont évoqué la possibilité de mettre en place un 'bossentoets' et un 'kwetsbaarheidstoets' à savoir un 'test forêts' et un 'test de vulnérabilité' à appliquer à l'entièreté du soutien belge au Congo. Une participation plus importante de la Belgique à des initiatives internationales en faveur du second poumon vert de la planète a également été évoquée par le cdH.

Ecolo et Groen! ont pour leur part souligné l'importance d'une plus grande régulation des marchés afin de lutter entre autres contre l'importation de bois illégal. D'autres initiatives devraient être prises pour favoriser la présence sur le marché de bois durable. Le rôle que le Congo peut jouer dans la lutte contre le réchauffement planétaire a été souvent évoqué pour placer la problématique forestière - et plus particulièrement celle de leur gestion durable - en rang utile sur l'agenda politique.

L'enjeu climatique est de taille

Lutter contre la déforestation au Congo, c'est , en effet, lutter contre le réchauffement climatique. La RDC abrite le 4ème stock de carbone forestier au monde. Ses forêts font l'objet de nombreuses spéculations de la part de divers opérateurs industriels dont l'industrie du bois. L'agriculture industrielle est appelée à se développer considérablement. 40% des forêts congolaises risquent de disparaître d'ici 2050, libérant plusieurs milliards de tonnes de CO2.

Peu de dissensions

La question posée par Greenpeace à propos du moratoire existant actuellement sur les coupes forestières, moratoire à soutenir, renforcer et élargir à d'autres activités industrielles ainsi que la pression à mettre à ce propos sur les autorités congolaises a divisé quelque peu l'assemblée. Pas question cependant de parler de « fracture ». C'est surtout une « question de formulation » qui a incité le PS a ne pas signer formellement l'engagement demandé par Greenpeace.

Le Congo, a précisé Dirk Van der Maelen de la sp.a. s'est doté d'un cadre légal très performant mais... n'a pas les moyens de le faire respecter. La Belgique se montre donc prête à se jeter dans la mêlée pour que le Congo maintienne et renforce le moratoire existant actuellement sur les coupes forestières. La menace que représente l'arrivée de l'huile de palme a également été soulignée par le représentant de la sp.a.

Le test de la 'réalité du terrain'

Les voix des 18.829 signataires de la pétition semblent donc en bonne voie d'être entendues. Walter Zinzen, un autre spécialiste du Congo et un 'ancien' de la VRT n'a pas manqué de conclure que dans ce dossier plus que tout autre, la réalité du terrain fera loi. De nombreuses voix s'élèvent en Belgique pour améliorer la qualité de notre aide au Congo mais la vigilance reste de mise.

Un exemple a été évoqué à plusieurs reprises entre autres par Georges Dallemagne du cdH : la construction des routes. C'est une bonne chose car elles apportent une partie du développement que les Congolais attendent mais il faut s'assurer que leur construction ne se montre pas contre-productive en stimulant par exemple la déforestation. Un audit doit être effectué. Cette idée de contrôle n'est pas éloignée de l'idée avancée par la N-VA pour qui il serait bon d'assortir notre aide à certaines conditions. A suivre donc...

Thèmes

ploumploum dit:

Le Congo, pays toujours en guerre.

Guerre interne pour le pouvoir et guerres impériales pour les ressources.

Pour r...

Posté 15 octobre, 2010 à 11:19 Signaler un abus Répondre

Lire la suite Read less

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).