Ministre de l’Energie, Marc Verwilghen fera-t-il enfin passer la Belgique «au vert»?

Actualité - 18 décembre, 2006
Bruxelles, le 19 décembre 2006 : Greenpeace manifeste en ce moment, devant le cabinet du ministre fédéral de l’Energie, Marc Verwilghen. Plus tôt dans la matinée, l’organisation de défense de l’environnement a estampillé comme [Périmées] les deux centrales nucléaires du pays ainsi que les sept centrales au charbon belges (1). Le ministre fédéral de l’Energie a, à plusieurs reprises, remis la loi sur la sortie du nucléaire en question et a réuni à cette fin, la Commission 2030 qui a récemment plaidé pour un prolongement de la durée de vie des centrales nucléaires (2). C’est pourquoi, Greenpeace lui demande de «passer aux énergies propres» en fermant les centrales polluantes visitées dans la matinée.

Action à la centrale d'Amercoeur.

Manifestation devant le cabinet du ministre fédéral de l’Energie, Marc Verwilghen.

Manifestation devant le cabinet du ministre fédéral de l’Energie, Marc Verwilghen.

Manifestation devant le cabinet du ministre fédéral de l’Energie, Marc Verwilghen.

Un dispositif en 3D, installé devant sa porte, lui permet d'actionner symboliquement le 'commutateur'. Greenpeace estime en effet qu'il est plus urgent de faire des choix politiques clairs que d'attendre la sortie d'un énième rapport technique. La réalité des changements climatiques ne nous permet plus ces tergiversations. Il est indispensable de fixer des objectifs ambitieux en matière d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique et d'adopter les mesures adéquates pour les atteindre.

Des militants de Greenpeace se sont rendus tôt dans la matinée devant les centrales nucléaire et au charbon du pays. Leur objectif était de rappeler au ministre en charge de l'énergie qu'il est absurde de cantonner la production d'électricité à ces ressources polluantes. Greenpeace s'est ensuite rendue au cabinet bruxellois du ministre de l'Energie pour lui proposer de faire passer le commutateur des énergies polluantes aux énergies propres, en manipulant le dispositif spécialement conçu pour la circonstance. (3).

En matière d'énergie, il est en effet urgent que la Belgique « passe au vert ». Dans notre pays, le secteur de l'électricité est responsable de près d'un cinquième des émissions de gaz à effet de serre. Il est donc indispensable de produire de l'électricité durablement et sans prendre les risques liés au nucléaire. Dans le même ordre d'idées, il est urgent de mieux maîtriser la demande en énergie. Les avantages des renouvelables et de l'efficacité énergétique sont à ce jour pratiquement niés par les autorités belges.

Rien n'empêche la Belgique de s'inscrire, elle aussi, dans la logique d'une production et d'une consommation énergétique durable. Greenpeace a publié en juin 2006, un scénario énergétique démontrant qu'il est possible de réduire nos émissions de CO2 de 70% à l'horizon 2050 (4).

En accordant, pour notre électricité, la priorité aux renouvelables et à l'efficacité énergétique, il est possible de sortir graduellement du charbon et du nucléaire. Il est parfaitement réaliste que les énergies propres assurent 65% de l'électricité produite en Belgique et ce, à l'horizon 2050 (5).


Une opportunité en matière d’énergies renouvelables

"Actuellement, seuls 2% de notre électricité sont produits au départ de sources d’énergies renouvelables. Sur ce plan, la Belgique est loin de réaliser les objectifs qu’elle s’était fixée, soit 6% à l’horizon 2010. Elle est, par ailleurs, à la traîne des nations européennes. »

L'Union européenne proposera en janvier 2007, un ensemble de mesures. Ces dispositions en matière d'énergie serviront de base à la définition d'objectifs en matière de renouvelables, discutés au sein du Conseil des ministres européens de l'énergie du 15 février prochain.

«Greenpeace souhaite que la Belgique y soutienne l’objectif européen de 25% de renouvelables en 2020,

commente Fawaz Al Bitar, de la campagne 'Climat/Energie' de Greenpeace.»


Une opportunité en matière d’efficacité énergétique

L'efficacité énergétique est tout autant - voire plus - délaissée par les politiques que les renouvelables. Le rapport 'Living Planet' du Fonds mondial pour la nature (6) fait passer la Belgique de la 20ème à la 13ème place des pays énergivores. Cette progression s'explique principalement par l'importance de notre consommation électrique.


« L’énergie la plus prometteuse est indéniablement celle que l’on n’utilise pas,

précise encore Fawaz Al Bitar, notamment suite à l'application de mesures d'efficacité énergétique.

C’est pourquoi nous demandons au ministre de l’Energie de préparer, avec ses collègues des échelons régionaux, un plan d’efficacité énergétique ambitieux. Ce plan est attendu en juin 2007 par la Commission européenne.»

Le scénario énergétique proposé par Greenpeace laisse entrevoir de quelle manière il est possible d'accroître de 40% notre efficacité énergétique (d'ici 2050). Il faut pour cela réduire notre demande et produire notre énergie de manière plus efficace. Malheureusement, en Belgique, la volonté politique de développer les renouvelables et de recourir à l'efficacité énergétique continue à faire défaut.

“Les politiques préfèrent se retrancher derrière un énième rapport technique, ils ne comprennent pas suffisamment qu’ils compromettent ainsi la durabilité de l’avenir énergétique de notre pays,

conclut Wendel Trio, directeur des campagnes de Greenpeace.

Le secteur de l’électricité est à la croisée des chemins. C’est aujourd’hui que l’on investit pour demain. C’est pourquoi nous avons symboliquement installé un commutateur sur le pas de la porte du ministre de l’Energie. A lui de se positionner


rapidement quant aux propositions de notre scénario énergétique. Ce scénario détaille comment l’on peut sortir du nucléaire et du charbon en optant pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. »

Notes aux rédactions:

1) Charbon : quatre centrales au charbon sont toujours en fonctionnement en Flandre (on y brûle un mix de charbon et de résidus organiques): Mol, Ruien, Rodenhuize et Langerlo. En Wallonie, trois centrales au charbon sont toujours en fonctionnement:  Amercœur, Awirs (récemment convertie à la biomasse) et Monceau.

    Nucléaire: les centrales de Tihange (Huy) et de Doel (Anvers) totalisent sept réacteurs nucléaires dont trois ont dépassé la limite d'âge pour laquelle ils ont été construits (30 ans).

2) Commission 2030 : www.ce2030.be

3)  Notre électricité est produite aujourd'hui dans des centrales nucléaires (55%) et au charbon (11%). Les énergies renouvelables pourraient à terme (horizon 2050) produire 80% de notre électricité. Il s'agit d'une production au départ d'éolien, de solaire, d'hydraulique et de biomasse.

Plus de détails : Scénario énergétique et résumé exécutif rédigé en français disponibles ici.

4) Scénario énergétique cf. supra

5) Scénario énergétique cf. supra

6) Living Planet, rapport 2006 du WWF International, disponible en cliquant ici.