Un zeppelin pour dénoncer l'insécurité nucléaire

Poster un commentaire
Actualité - 25 janvier, 2013
Le froid n'a pas freiné les militants de Greenpeace. Aujourd'hui, ils se sont rendus aux abords de la centrale nucléaire de Doel (Anvers) pour y suivre la progression d'un zeppelin, gonflé à l'air chaud. Le zeppelin tractait une banderole affirmant que « le nucléaire n'est jamais sûr ».

Et pour cause ! En Belgique, les centrales nucléaires sont construites à proximité de grands centres urbains comme Anvers, Liège ou Namur. Et qui plus est, les plans d'urgence nucléaire présentent tellement de lacunes qu'ils ne protègent en rien la population.


Présent sur le terrain lors du décollage du zeppelin, Eloi Glorieux, responsable de la campagne Nucléaire pour Greenpeace Belgique, dénonce quelques 'vices de conception' des plans d'urgence nucléaires belges :

- une portée limitée. Seule une zone de 10 km est prise en compte en cas de catastrophe nucléaire alors que c'est toute la Belgique qui souffrirait des conséquences. Ceci est particulièrement flagrant à Anvers qui se situe à un peu plus de 10 km de Doel où se trouve un des réacteurs fissurés actuellement mis à l'arrêt. Les villes de Liège et de Namur se trouvent quant à elles à un peu plus de 20 kilomètres de Tihange...

- des infrastructures inadaptées. Les plans d'urgence nucléaire s'appuient sur des infrastructures collectives comme des tunnels, des casernes ou encore des écoles. Tous les habitants d'Anvers devraient être évacués par un seul tunnel ! Tous les habitants de Huy et de ses environs seraient quant à eux appelés à se rassembler à la caserne de Marche dont la capacité d'accueil est limitée à quelques milliers de personnes...

Un zeppelin pour dénoncer l'insécurité nucléaire

Pour toutes ces raisons, Greenpeace estime qu'il est impensable d'envisager la remise en service des réacteurs dont les cuves sont fissurées.

Consultez notre document pour découvrir d'autres failles des plans d'urgence nucléaire prévus par les autorités belges.
 




 

 

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).