La barre doit être placée plus haut pour verdir le secteur automobile

Poster un commentaire
Actualité - 31 mai, 2010
Les ministres européens de l'industrie ont adopté la semaine passée une Stratégie pour des véhicules propres et sobres. Il est impératif qu'ils renforcent le seul instrument légal dont dispose l'UE pour y arriver : la législation sur l'efficacité énergétique des véhicules individuels. Une nouvelle étude démontre que ce renforcement est faisable.

Le “verdissement” du parc automobile est un enjeu essentiel.

L'étude, commanditée par Greenpeace et menée par le Centre for Automotive Industry Research (CAIR/Royaume-Uni), identifie quatre scénarios pour normaliser les voitures consommant 3L/100 km (soit 80 gr de CO2/km ou 0,3 kWh/km). Ces “recettes” font appel à une augmentation du nombre de voitures hybrides ou électriques et à un transfert vers des voitures moins puissantes et plus petites.

L'étude démontre qu'il est préférable de ne pas tabler uniquement sur des changements technologiques - et certainement pas sur une seule technologie comme la voiture électrique – mais que des réductions plus importantes pourraient être engrangées en réorganisant le marché et en réduisant les performances des nouveaux véhicules.

Plus rapidement

L'étude analyse également comment les voitures électriques pourraient occuper une plus grande part de marché en affichant des performances moins élevées (puissance, vitesse et accélération). Et ce en raison du lien existant entre la consommation et les performances de ces véhicules. En consommant moins, les voitures électriques pourraient gagner en autonomie.

Adoptée en 2009, la législation UE sur l'efficacité énergétique des nouvelles voitures fixe un objectif de 130 gr de CO2/km d'ici 2015 et de 95 gr de CO2/km en 2020 et ce malgré les affirmations des constructeurs. Plusieurs éléments récents indiquent cependant que ces objectifs pourraient être atteints bien plus rapidement. Fin 2009, de nombreux modèles (dont des versions familliales) présentant des émissions inférieures à 120g CO2/km étaient en effet disponibles sur le marché alors que les voitures électriques semblaient vouloir sortir de leur niche...

Pour capitaliser sur le potentiel de ces évolutions récentes, l'Union européenne devrait envisager un objectif plus contraignant de 80 gr de CO2/km d'ici 2020 pour les voitures vendues sur son territoire et de 50 gr de CO2/km d'ici 2030.

Verdissement

Les ministres européens de l'industrie ont raison de faire un lien entre la compétitivité du secteur automobile en Europe et les dispositifs permettant de rendre les véhicules moins polluants. Ils devraient dans la foulée admettre qu'une législation ambitieuse est nécessaire pour y arriver. Des normes d'efficacité énergétique pour les carburants plus sévères devraient aider le secteur à réduire son empreinte écologique tout en restant concurrentiel.

Le “verdissement” du parc automobile est un enjeu essentiel pour la présidence belge qui débute en juillet. Le secteur Transport est, en effet, le seul secteur qui au sein de l'Union européenne voit augmenter ses émissions de CO2 et compromet ainsi les efforts réalisés dans d'autres secteurs. Il est donc essentiel que ce secteur cesse d'alimenter la crise climatique. Une réflexion sur la diminution du nombre de kilomètres parcourus s'impose également.

Lire le rapport complet sur les voitures à 80 g / km de CO2 d'ici à 2020

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).