Greenpeace révèle un trafic de viande de baleine

Actualité - 14 mai, 2008
Greenpeace Japon vient de rendre public un trafic de viande de baleine sur le marché japonais. En interceptant des soi-disant « bagages personnels » de l’équipage du Nishin Maru, le navire-amiral de la flotille japonaise, l’ONG y a découvert 23 kg de viande d’une valeur de 3000 dollars découpée dans les meilleurs morceaux.

Junichi Sato, coordinateur de la campagne Baleines à Greenpeace Japon, pèse une quantité de viande de baleines (23,5 kilos!) volée par les membres de l'équipage du baleinier Nisshin Maru. La boîte contenant la viande de baleines portait une étiquette sur laquelle était simplement mentionné 'carton'.

Quatre mois d'investigation ont permis d'intercepter ce colis et ainsi de prouver l'existence d'un marché noir organisé. Une partie d'entre eux arrondissaient leurs fins de mois en débarquant des centaines de kilogrammes de viande dans leurs bagages personnels et alimentaient ainsi le marché noir à destination des restaurants japonais. Selon nos informations, 97 colis seraient ainsi entrés clandestinement sur le marché cette année.

« Depuis quand fonctionnait ce trafic ?, s'interroge Junichi Sato, coordinateur de la campagne Baleines au Japon. En tous cas, il porte sur des volumes tels que ni l'armateur, ni les agents de l'Institut de Recherche sur les Cétacés présents à bord ne pouvaient ignorer ces agissements. Ils ont fermé les yeux sur ces graves dysfonctionnements qui relèvent purement et simplement de la corruption. »

Greenpeace a demandé à la justice japonaise de mettre sous séquestre le lot saisi et a rédigé une plainte dont la recevabilité est en cours d'examen par les instances judiciaires. Au niveau des autorités, on ne nie pas la situation mais tout est fait pour la banaliser. Selon certains officiels, il s'agirait de « cadeaux » relevant d'une tradition (qui s'assimilerait à la godaille dans les pêcheries européennes) et cette viande serait destinée à la consommation familiale des marins. Or les investigations de Greenpeace menées auprès de certains restaurants ont permis d'établir qu'ils attendaient une livraison imminente de viande de baleine.

Ce trafic pose de nombreuses questions, en particulier les aspects sanitaires. Certains cartons contenaient de la viande issue d'une baleine porteuse de tumeurs importantes. Cette viande illégale, échappant par définition à tout contrôle vétérinaire, pourrait rapidement poser un problème de santé publique au Japon.

Alors que dans un mois se posera la question de l'arrêt de la chasse dite scientifique lors de l'assemblée générale de la Commission Baleinière Internationale, ce scandale montre une fois de plus que l'argument scientifique avancé par les Japonais n'est qu'un prétexte destiné à couvrir une filière commerciale et un marché noir n'ayant rien à voir avec la recherche scientifique.

Depuis 1986, un moratoire international est en vigueur sur la chasse à la baleine à des fins commerciales. Le Japon, de son côté, continue de chasser la baleine affirmant qu'il le fait à des fins scientifiques.

Greenpeace demande l'arrêt du programme de chasse japonais dans le sanctuaire antarctique. L'hiver dernier, l'Esperanza, le navire amiral de l'ONG, a considérablement gêné la flottille de chasse. Ce qui, de l'aveu même des autorités japonaises, a fortement contribué au fait qu'elle n'a pas atteint le quota de baleines qu'elle s'était auto-attribué.

Téléchargez le dossier complet (en anglais)

Visionnez la vidéo

La vidéo comprend un témoignage dénonçant la corruption des membres de l'équipage du Nisshin Maru. 

Demandez au Japon d'arrêter la chasse baleinière

Envoyez un mail (en anglais) au gouvernement japonais pour lui demander de retirer les subsides accordés à la chasse baleinière, d'enquêter sur ce scandale et de mettre un terme à la chasse.

Thèmes