Plus de mille personnes ont demandé, ces derniers jours, à Carrefour, Colruyt et Delhaize de vendre uniquement des produits contenant de l’huile de palme libre de déforestation. Grâce à votre soutien massif, Colruyt est le premier à s’être manifesté. Une premier pas dans la bonne direction mais le « Défi du Tigre » doit encore être relevé !

Quatre jours après le lancement de notre “Défi du Tigre”, plus d’un milliers de personnes ont demandé à Colruyt, Delhaize et Carrefour d’utiliser uniquement de l’huile de palme ne contribuant pas à la déforestation.  Toutes ces personnes veulent que leur supermarché favori aille au-delà de la Table Ronde pour une Huile de palme Durable (RSPO) et implémente une politique de « zéro déforestation ». Tous ces clients veulent être certains que l’huile de palme présente dans leurs produits n’aura pas été produite au détriment des forêts et de l’habitat du Tigre de Sumatra.

En tout, plus de 500 personnes ont posté un message sur la page Facebook générale de Delhaize. La page Facebook de Colruyt a également reçu le même nombre de réactions. Et près de 200 personnes ont demandé à Carrefour d’utiliser uniquement de l’huile de palme libre de toute déforestation. Ces chaînes de supermarchés ne peuvent pas ignorer la voix de leur clientèle, me direz-vous…

Carrefour

Pourtant, Carrefour ne s’est toujours pas exprimé publiquement sur le sujet.

Delhaize

Delhaize, lui, l’a fait. Mardi, cette entreprise a posté un message sur sa page Facebook. Un message qui ne répondait toutefois nullement au souci de bannir l’huile de palme contribuant à la déforestation. Il faut oser !



Colruyt

Colruyt a pour sa part réagi dès lundi, en publiant un bref message selon lequel elle reviendrait sur le sujet plus tard.



Ce fut ensuite silence radio pendant deux jours jusqu’à ce qu’aujourd’hui, Colruyt publie sur son site et sa page Facebook une déclaration à propos d’huile de palme durable. Il s’agit là d’un pas dans la bonne direction, car c’est en effet la première fois que la principale chaîne de supermarché du pays se prononce en public sur sa politique d’approvisionnement en huile de palme. Le fait que Colruyt réponde à ses clients de manière aussi rapide et détaillée plaide certainement en sa faveur.

Pour ce qui est de son engagement de durabilité, Colruyt se fie entièrement à la RSPO (Table Ronde pour une huile de palme durable) et propose un plan par étapes. Mais elle ne fait à aucun moment état d’un élément crucial, à savoir l’huile de palme libre de déforestation. La RSPO ne peut en effet pas garantir à Colruyt que ses produits ne contiennent pas d’huile de palme issue de la déforestation. En effet : les normes de la RSPO permettent la déforestation de forêts secondaires ou dégradées, tout comme elles permettent la conversion en plantations de tourbières riches en carbone. D’un point de vue de la préservation de la nature et du climat, il est toutefois crucial que de telles forêts soient elles aussi protégées. L’huile de palme issue de plantations aménagées au détriment de telles forêts continue à être certifiée RSPO.

Trop peu d’ambitions

Il est important que les clients de Colruyt reçoivent enfin plus de clarté quant à la politique du groupe en matière d’huile de palme. Cela était d’autant plus important que Delhaize et Carrefour avaient déjà fait part de leurs ambitions en la matière. Mais soyons clairs, les ambitions des trois groupes restent insuffisantes. 

Pour garantir à leurs clients des produits contenant de l’huile de palme libre de déforestation, Colruyt, Delhaize et Carrefour doivent aller plus loin que la RSPO et développer leur propre politique de « zéro déforestation. » C’est possible. Nestlé, Ferrero et Unilever se sont déjà engagées à rompre tout lien entre huile de palme et déforestation. Si elles en sont capables, Colruyt, Delhaize et Carrefour le sont aussi. Cela est d’autant plus vrai que les fabricants d’huile de palme qui ont déjà adopté des normes plus strictes que celles de la RSPO ont à présent publié une série de critères vérifiables pour éviter la déforestation.

C’est grâce à vous que Colruyt a fait connaître publiquement sa position. C’est un premier pas dans la bonne direction. Ensemble, continuons à défier Colruyt et les autres entreprises!

>>> Mise à jour 22 novembre:


Carrefour a directement répondu à ses clients après la publication de ce blog. Malheureusement, cette réponse, qui évoque la politique actuelle menée en matière d’huile de palme, est un peu trop convenue. Il n’y a rien de nouveau, c’est justement cette politique que nous défions par l’entremise du « Défi du Tigre ».



C’est toutefois positif que Carrefour veuille promouvoir la conservation des tourbières et des forêts et qu’elle espère aller plus loin que les critères de la certification RSPO. Avec de l’espoir, il est cependant clair que nous n’irons nulle part. Carrefour doit joindre le geste à la parole et présenter un plan d’action clair, une ligne du temps ambitieuse, des critères vérifiables et des sanctions envers les fournisseurs qui ne respectent pas ces critères. Il n’y a que de cette manière qu’ils pourront contribuer au sauvetage des 400 derniers Tigres de Sumatra.