Ces derniers jours, près de 15.000 personnes ont demandé à Delhaize d’éliminer « la déforestation de ses rayons ». Delhaize accepte… mais seulement d’ici 2020. C’est beaucoup trop tard pour les forêts indonésiennes et les derniers tigres de Sumatra. C’est aujourd’hui que ce géant de la grande distribution doit prendre les devants.

Jeudi dernier, nous avions lancé une action en ligne pour demander au nouveau directeur de Delhaize, Frans Muller, d’éliminer « la déforestation de ses rayons ». Près de 15.000 personnes lui ont fait parvenir un e-mail et le compteur ne cesse de grimper (mais pourquoi Delhaize au juste ? Plus d’information à la fin de cet article).

Parallèlement, sur le mur Facebook de Delhaize, des clients inquiets ont spontanément publié des dizaines de messages pour réclamer une huile de palme libre de déforestation. Delhaize ne pouvait tout simplement pas ignorer toutes ces réactions venant de clients inquiets. Il n’a pas tardé à réagir.

Le supermarché leur a fait savoir personnellement qu’il ne compte plus avoir d’impact sur la déforestation d’ici 2020. Mais 2020, c’est trop tard pour les 400 derniers tigres de Sumatra ! Delhaize avait déjà promis, en novembre 2010, de bannir la déforestation de ses rayons. Plus de trois années se sont maintenant écoulées. Et Delhaize ne peut toujours pas garantir que ses marques ne contribuent pas à la destruction des forêts.

Le secteur de l’huile de palme doit réagir aujourd’hui pour  protéger les forêts. C’est tout à fait possible : Wilmar, le principal fournisseur d’huile de palme au monde, et Ferrero, le spécialiste du chocolat, exigent de tous leurs fournisseurs qu’ils rompent, d’ici fin 2015, tout lien entre huile de palme et déforestation.



Aucune garantie

D’ici 2015, Delhaize a pour objectif d’acheter uniquement de l’huile de palme certifiée RSPO (table ronde pour l’huile de palme durable). Mais la RSPO n’exclut pas la déforestation ! Dans de nombreux cas, elle ne garantit pas que l’huile de palme contenue dans la margarine ou les biscuits provienne de plantations certifiées.

A l’avenir, Delhaize souhaite également s’engager pour plus de traçabilité et de transparence dans sa chaîne d’approvisionnement. Quand Delhaize sera-t-il prêt? Qui sont, au juste, ses fournisseurs et quels seront les critères qui détermineront si ceux-ci sont responsables ou non? Comment Delhaize compte-t-il contrôler la bonne application de ces critères? Autant de questions qui demeurent actuellement sans réponse.



Plus d’ambition est nécessaire

Greenpeace attend plus d’ambition de la part d’une chaîne internationale de supermarchés de qualité. Delhaize devrait aller au-delà de la RSPO et d’offrir à ses clients des produits respectueux des forêts et du tigre de Sumatra. Cela implique un calendrier clair et précis ainsi qu’une politique très concrète. Ce n’est que de cette manière que Delhaize pourra atteindre ses objectifs : offrir les produits les plus durables du marché d’ici 2020.

Envoyez un mail à Delhaize.

PS : « Pourquoi cibler Delhaize ? » demandaient, ces derniers jours, plusieurs personnes sur notre page Facebook. Avec plus de 3000 magasins répartis dans dix pays et sur trois continents, Delhaize est la plus grande chaîne belge de supermarchés (ce qui ne veut pas dire que nous n’attendons pas le même engagement de la part de Colruyt et Carrefour. Plus d’information ici). Pour vous donner une meilleure idée : Delhaize possède plus de 800 magasins en Belgique et au Luxembourg, plus de 1500 magasins aux Etats-Unis et également de nombreux magasins en Indonésie, où l’expansion des plantations de palmiers à huile entraîne une déforestation massive. Greenpeace est donc convaincu que Delhaize est bien placé pour contribuer à la transformation de l’industrie de l’huile de palme. Si Delhaize souhaite, comme il le prétend, être le meilleur élève en matière de durabilité, il devra urgemment consentir plus d’efforts. Pour plus d’information, vous pouvez consulter notre briefing.