Il y a une semaine, nous révélions que Head & Shoulders élimine non seulement les pellicules, mais aussi l'habitat des 400 derniers tigres de Sumatra. Son fabricant, Procter&Gamble (P&G), achète en effet de l'huile de palme à des entreprises impliquées dans la destruction de la forêt vierge tropicale en Indonésie.

 

La réaction de P&G n'impressionne guère. La société a affiché sur son site web une déclaration dans laquelle elle répète ce qu'elle répond déjà à Greenpeace depuis huit mois : nous nous engageons en faveur d'un approvisionnement durable en huile de palme. Toutefois, l'huile de palme « durable » de P&G s'appuie entièrement sur la RSPO (table ronde sur l’huile de palme durable), un système de certification qui ne rompt pas le lien avec la déforestation. Ses fournisseurs impliqués dans la destruction de l'habitat de l'orang-outan sont également membres de la RSPO.

Il est grand temps pour Procter&Gamble de bannir l'huile de palme sale de ses produits et de cesser de rendre les consommateurs complices du scandale de la déforestation. En une semaine, déjà plus de 220 000 personnes ont envoyé ce message à Alan George Lafley, le directeur de P&G. Certains ont aussi posté des messages critiques sur la page Facebook de l'entreprise, qui n'a rien trouvé de mieux que de les effacer aussi vite que possible. Inconcevable ! Non content d'ignorer les requêtes de ses clients, P&G tente également de les cacher aux yeux du monde.

Demandez vous aussi au fabricant de Head & Shoulders de produire du shampoing sans déforestation 

Les vidéos, les e-mails et les réseaux sociaux sont essentiels afin de faire entendre nos exigences à P&G. Mais pour s'assurer que les chefs de l'entreprise intègrent notre message, des militants de Greenpeace ont déroulé mardi deux banderoles de 18 mètres de long sur le siège de P&G aux États-Unis. « Arrêtez de jouer avec la survie du tigre » et « Head & Shoulders élimine les pellicules et la forêt tropicale ». Ces messages-là, P&G n'a pas pu les effacer en appuyant sur un bouton !

 

En novembre de l'année dernière, Greenpeace a lancé le Défi du Tigre : nous avons mis de grandes sociétés de biens de consommation au défi de travailler à une huile de palme propre. Entre-temps, notre campagne a déjà fait bouger les choses. Des sociétés telles que Nestlé, Unilever, L’Oréal, Ferrero, Kellogg’s et Delhaize se sont engagées à développer une politique de non-déforestation qui soit plus ambitieuse que la RSPO. Si elles en sont capables, P&G l'est aussi.

Où en sont les autres sociétés ? Suivez les évolutions de notre Défi du Tigre actualisé.