Ces derniers temps, la société APP (Asia Pulp & Paper) s’emploie à expliquer à ses clients (perdus) qu’elle a mis en place une nouvelle politique visant à mettre un terme à la destruction des forêts indonésiennes pour en faire des emballages jetables. Notre" brigade du tigre motorisée" a constaté que les actes de ce géant du papier étaient loin de correspondre à ses paroles....

Greenpeace Indonésie et les militants écologistes locaux ont trouvé la preuve que les forêts du Kalimantan occidental - où vivent les orangs-outans menacés - font encore l’objet d’abattages massifs. Ils ont trouvé une zone de forêt vierge en plein défrichement au milieu d’une plantation d’un fournisseur d’APP.

les forêts du Kalimantan occidental font encore l’objet d’abattages massifs.

La nouvelle politique d’APP renvoie  uniquement à quelque 40% des régions d’Indonésie où la société puise ses matières premières. Et le hasard veut que la forêt a déjà été défrichée il y a quelques années dans ces zones. En d’autres termes, les" petits caractères" sont d’une importance capitale...

En effet, APP a dans ses projets d’encore compter sur le bois de la forêt après 2015. Ce n’est pas la première fois que l’entreprise promet de mettre un terme à ses activités destructrices puis loupe l’échéance...

Mais le gouvernement indonésien n’est pas exempt de tout reproche. Cela fait maintenant deux semaines que nos militants indonésiens traversent le Kalimantan. Leur objectif est de découvrir de leurs propres yeux l'évolution de la déforestation dans les trois provinces indonésiennes de l’île de Bornéo.En 25 ans, le Kalimantan, la zone indonésienne de l’île, a perdu 14,5 millions d’hectares de forêt intacte, soit près de cinq fois la superficie de la Belgique. Il s’agit d’écosystèmes fragiles, où le potentiel de conflit avec les communautés locales quant au droit de la terre est directement proportionnel à la déforestation. Et des entreprises telles qu’APP continuent à contribuer à cette destruction forestière à grande échelle, en dépit du moratoire sur la déforestation instauré par l’Indonésie il y a plus d’un an.

Le gouvernement doit donc remettre ce moratoire d’urgence à l’ordre du jour de sorte que les concessions comme celles de PT Asia Tani Persada, le fournisseur d’APP, puissent à nouveau être supprimées. Car APP semble se consacrer davantage à sa politique d’annonce plutôt qu'à l'obtension de réels changements sur le terrain.

Mais il y a pire : APP veut construire une nouvelle usine de pulpe et de papier sur l’île de Sumatra, qui serait dotée d’une capacité de 2 millions de tonnes. Une bagatelle ! Celle-ci deviendrait alors l’une des plus grandes usines du monde au beau milieu de la forêt vierge, bien entendu… à quoi vous attendiez-vous ?

Ainsi, APP tire elle-même un gigantesque trait sur tous les engagements annoncés, tout en dépensant des sommes colossales en campagnes de publicité voyantes et en consultants onéreux.

La preuve que nous venons de trouver à Bornéo démontre que nous sommes encore bien loin d’une tentative sincère de mettre un terme à la déforestation en Indonésie. Greenpeace et d’autres ONG ont jugé les engagements d’APP sur la base de ce que nous avons vu sur le terrain. Et il est évident que la réalité ne correspond visiblement pas à ce qui est couché sur papier.