La semaine dernière nous avons révélé les pressions que VW exerce aux Etats-Unis pour éviter de voir ce pays adopter des lois favorables au climat. Nous revoilà avec quelques vérités qui n'éclatent pas au grand jour dans les pubs VW.

1. En 2010 , seuls 6% des ventes de VW concernaient des modèles moins polluants.

C'est choquant mais véridique. La prochaine fois que vous verrez des pubs vantant les mérites écologiques du constructeur allemand prenez-les avec des pincettes. Il ne faut généralement pas chercher bien loin pour tomber sur ces pubs tronquées. Alors VW le constructeur le plus vert de la planète ? Non, tant qu'ils ne généraliseront pas les technologies qui permettent d'émettre moins de CO2 à l'ensemble de leurs modèles.

Pour en savoir plus, consultez notre rapport : The Dark Side of Volkswagen.

2. Volkswagen consacre des sommes considérables au lobbying anti-environnement

VW est un membre actif de l'association de constructeurs automobiles ACEA qui tire à boulets rouges sur les tentatives de l'Union européenne visant à une amélioration de l'efficacité énergétique des voitures en imposant de nouveaux critères au secteur. Cette législation est essentielle pour réduire notre dépendance face au pétrole. Utiliser moins de pétrole permet aux consommateurs d'économiser mais surtout d'éviter de relancer la course à l'or noir en Arctique. Cette région du monde mérite d'être préservée et toute marée noire ou fuite de pétrole y serait totalement irrécupérable.

Pour en savoir plus, consultez notre rapport : The Dark Side of Volkswagen.

3. Volkswagen mène campagne contre l'objectif européen de réduction des émissions de CO2 (-30% d'ici 2020)


Une bonne centaine d'entreprises dont Google et Unilever soutiennent pourtant cet objectif européen. Si l'UE s'engageait sur la piste des – 30%, une dynamique pourrait se créer dans le secteur des nouvelles technologies et pourrait contribuer efficacement à la lutte contre le réchauffement planétaire. Volkswagen s'oppose publiquement à cet objectif sous prétexte qu'il conduirait à la désindustrialisation de l'Europe.
La Commission européenne s'est penchée sur la question et a publié une étude stipulant qu'il est parfaitement envisageable de tabler sur moins 30% de CO2 d'ici 2020. Ce serait non seulement possible mais aussi rentable notamment en terme de création d'emplois. La sécurité énergétique de l'UE serait par ailleurs parfaitement assurée.

Pour en savoir plus, consultez notre rapport : The Dark Side of Volkswagen.

4. Plus grand constructeur automobile européen, VW a aussi l'empreinte écologique la plus désastreuse de tout l'UE

En Europe, une voiture vendue sur cinq est une VW. En Europe, les voitures vendues en 2009 par ce constructeur ont émis plus de 5 millions de tonnes de CO2. Ces émissions annuelles représentent environ un quart du total des émissions imputables à l'utilisation de pétrole par les nouvelles voitures européennes. 
On peut donc en conclure que tout changement de la part de VW aurait un impact considérable sur l'ensemble des émissions du secteur Transport. Or, l'an dernier, VW s'est contenté de faire le minimum nécessaire pour être en conformité avec la législation sur l'efficacité énergétique des voitures. Les émissions de ce constructeur automobile ont été réduites de 5%. Toyota, BMW ont fait bien mieux. Alors, toujours aussi vert VW ?

Pour en savoir plus, consultez notre rapport : The Dark Side of Volkswagen.

5. Volkswagen pénalise les automobilistes à la recherche de véhicules moins polluants. Ils payent plus cher pour faire mieux..

Il est vrai que VW a développé sa technologie Blue Motion et qu'elle peut être utilisée dans plusieurs de leurs modèles, les rendant plus propres et moins énergivores. Le hic, c'est qu'il faut ajouter quelques centaines d'euros pour disposer de cet avantage technologique. C'est beaucoup trop si l'on considère le prix de revient effectif de cette technologie. Généraliser le système Blue Motion permettrait de nous sortir de notre dépendance énergétique et d'alléger la facture des automobilistes.

Pour en savoir plus, consultez notre rapport : The Dark Side of Volkswagen.