Electronique toxique

Electronique toxique

Nous sommes de plus en plus nombreux à posséder des laptops, portables et tablettes. Ces produits, souvent toxiques, n’ont toutefois qu’une durée de vie très courte, ce qui n’est pas sans impact sur la planète.

Bon nombre de nos portables et autres appareils électroniques finissent leur course dans les pays du Sud.

Chaque année, nous produisons, et utilisons, des millions de tonnes d’appareils électroniques contenant des substances chimiques dangereuses et des métaux lourds. Un portable par exemple est, en moyenne, constitué de 500 à 1.000 composants, dont la plupart contiennent des métaux comme le plomb, le mercure, le cadmium ou le béryllium, ou bien des retardateurs de flamme bromés. Autant de matières qui représentent des dangers pour la santé et l’environnement si elles sont simplement jetées dans la nature ou manipulées sans protection.

Nos déchets vers l’Afrique et l’Asie

Que deviennent donc les appareils électroniques obsolètes ? Arrivés en fin de vie, des milliers d’entre eux finissent dans vos tiroirs, sont déversés dans des décharges ou brûlés. Mais saviez-vous que des milliers d'autres sont exportés, souvent illégalement, des pays industrialisés, comme l’Union européenne, les Etats-Unis et le Japon vers l'Asie ou l'Afrique ? Les décharges électroniques y fleurissent comme des champignons.

Une main d'œuvre sous payée est chargée de récupérer le métal en utilisant des techniques plus archaïques les unes que les autres. Ce recyclage sauvage engendre une pollution infernale et porte préjudice à la santé des ouvriers des chantiers de récupération de ferraille qui sont exposés à un cocktail de substances chimiques toxiques. In fine, c’est toute la population locale qui est touchée par le problème.

Dans les pays du Sud,  les décharges électroniques fleurissent comme des champignons.

Assainir le produit à la base

L’utilisation de gadgets électroniques se généralise. Il est donc plus que temps de veiller à les produire proprement, à la base. Si les groupes électroniques qui tirent profit de la fabrication et de la vente de ces appareils n'assument pas leurs responsabilités, la situation ne fera qu'empirer.
Il est possible aujourd'hui de fabriquer des produits propres et durables qui peuvent être recyclés, mis à jour ou éliminés en toute sécurité. C’est ce que Greenpeace a démontré, en réalisant son guide pour une électronique verte (en anglais).


Les dernières mises à jour

 

Plus verte mon Apple? Volontiers!

Actualité | 5 octobre, 2006 à 23:00

Greenpeace a lancé un mini-website qui invite Apple à verdir ses ordinateurs. Ce constructeur bénéficie d'une solide réputation en matière de design 'clean' mais la réalité l'est un peu moins. Les Mac et les Ipod contiennent des substances...