« Delhaize doit respecter ses engagements »

Communiqué de presse - 23 janvier, 2014
Delhaize s’est engagé à exclure la déforestation de sa chaîne d’approvisionnement. Mais sa politique actuelle en matière d’huile de palme ne répond pas à cet objectif. Greenpeace demande à Frans Muller, nouveau CEO du groupe Delhaize, de développer une politique de « zéro déforestation », garantissant une huile de palme « propre ».

Delhaize a-t-il pris de bonnes résolutions en ce début d’année 2014 ? Contribuera-t-il enfin à protéger les forêts indonésiennes et l’habitat des 400 derniers tigres de Sumatra ? A l’heure actuelle, le groupe international basé à Bruxelles ne peut en tout cas pas assurer que l’huile de palme contenue dans ses produits « maison » ne contribue pas à la destruction des forêts indonésiennes. Greenpeace tient à le lui rappeler aujourd’hui, jour de publication des revenus annuels de Delhaize pour l’année 2013.

« Delhaize s’était engagé à exclure la déforestation de sa chaîne d’approvisionnement en novembre 2010. Il est donc temps qu’il adapte sa politique en matière d’huile de palme car celle-ci ne répond pas à cet objectif », dit Jonas Hulsens, responsable de la campagne forêts pour Greenpeace Belgique. « D’ici 2015, Delhaize aspire à uniquement utiliser de l’huile de palme certifiée RSPO (Table ronde pour l’huile de palme durable). Mais la RSPO n’exclut ni la déforestation, ni la conversion de tourbières riches en carbone au profit de nouvelles plantations de palmiers à huile. »

En novembre 2013, Greenpeace révélait que certains fournisseurs de Delhaize achetaient de l’huile de palme à Wilmar International, une entreprise liée à des pratiques irresponsables ou illégales à Sumatra. Mais depuis, Wilmar International a réagi. Le plus grand négociant d’huile de palme au monde s’est engagé à protéger les forêts et les tourbières. Qu’a fait Delhaize suite à cette annonce ? Il est resté silencieux et n’a toujours pas adapté sa politique d’achat afin de bannir toute trace de déforestation dans sa chaîne d’approvisionnement…

Frans Muller, nouveau CEO du groupe Delhaize, est-il prêt à inverser la tendance ? Greenpeace attend que sa nomination soit synonyme de changement et lui demande de développer une politique de « zéro déforestation », garantissant une huile de palme « propre » dans les produits de sa chaîne de supermarchés. Ce qui constituerait une avancée significative pour la protection des forêts et l’habitat du tigre de Sumatra mais également un gage de confiance pour le consommateur.

Plusieurs entreprises ont déjà montré la voie à suivre : Nestlé est en train d’implémenter une politique qui exclut, de sa chaîne d’approvisionnement, l’huile de palme liée à la déforestation tandis que Ferrero et Unilever se sont engagés à en développer une. « Si ces trois entreprises ont pu le faire, Delhaize peut lui aussi y arriver. La balle est dans son camp… », conclut Jonas Hulsens.

Thèmes