« Delhaize s’engage à bannir la déforestation, à qui le tour ? »

Communiqué de presse - 17 février, 2014
Delhaize vient de présenter sa nouvelle politique d’achat d’huile de palme responsable. Le groupe international s’engage à exclure la déforestation d’une majeure partie de sa chaîne d’approvisionnement d’ici 2018 au plus tard. Greenpeace espère que d’autres entreprises, comme Colruyt et Carrefour, suivront l’exemple de Delhaize.

Pressé par Greenpeace et par des milliers de clients, Delhaize vient de dévoiler sa nouvelle politique d’achat d’huile de palme responsable. Actuellement, le groupe belgo-international ne peut en effet pas garantir que l’huile de palme contenue dans ses propres marques (Eco, 365, Taste of Inspirations…) ne contribue pas à la destruction des forêts indonésiennes, où vivent les 400 derniers tigres de Sumatra. Aujourd’hui, Delhaize s’engage officiellement à bannir la déforestation de ses rayons.

Le groupe va tout d’abord exiger de ses fournisseurs qu’ils utilisent 100% d’huile de palme traçable à partir de la fin d’année 2015 et visera, parallèlement, une huile de palme « libre de déforestation » pour 80% de sa consommation d’ici 2018 au plus tard.

« En reconnaissant que la certification RSPO est insuffisante pour garantir une huile de palme ne contribuant pas à la déforestation, Delhaize montre la voie à suivre. Nous espérons que d’autres entreprises, comme Colruyt et Carrefour, suivront cet exemple et s’engageront eux aussi à développer une politique de non-déforestation claire et ambitieuse. Ce n’est que de cette manière que nous parviendrons à transformer le secteur de l’huile de palme », dit Jonas Hulsens, chargé de campagne forêts pour Greenpeace Belgique.

C’est une enquête de Greenpeace qui avait tout d’abord alerté l’opinion publique au mois d’octobre 2013 : celle-ci établissait le lien existant entre plusieurs entreprises (dont Delhaize, Colruyt et Carrefour) et la destruction massive des forêts tropicales indonésiennes. Trois mois plus tard, soit à la fin du mois de janvier de cette année, Greenpeace interpellait à nouveau Delhaize, lui rappelant les engagements pris en 2010 : à l’époque, la chaîne de supermarchés avait promis d’exclure la déforestation de sa chaîne d’approvisionnement. Or, la politique mise en place chez Delhaize ne permettait pas au groupe international de respecter ses promesses.

Une action « e-mails » s’en suivait : des milliers de clients du groupe Delhaize répondaient favorablement à l’appel de Greenpeace et inondaient, en l’espace de trois semaines, la boîte mail de l’entreprise afin de lui demander d’implanter au plus vite une politique de « non-déforestation ». Au total, plus de 25 000 e-mails ont été envoyés au groupe international basé à Bruxelles, entre la fin du mois de janvier et la mi-février.

« L’engagement de Delhaize constitue un important précédent », conclut Jonas Hulsens. « Delhaize est la première chaîne de supermarchés à s’engager en faveur d’une politique de non- déforestation impliquant une traçabilité complète. Désormais, Greenpeace veillera à ce que cette politique soit correctement appliquée et que les objectifs fixés par Delhaize soient atteints au plus vite. »