Greenpeace sur le podium du Grand Prix de Belgique

Communiqué de presse - 25 août, 2013
L’action menée par Greenpeace à Spa-Francorchamps se poursuit. Cette fois, c’est la cérémonie du podium qui a permis à un militant de se manifester, à deux pas de Sebastian Vettel et de la direction de Shell, sponsor principal de l’événement. Cette action vise à féliciter le vainqueur du Grand Prix de Formule 1 et à dénoncer la politique d’exploration pétrolière de Shell en Arctique.

Le grimpeur est descendu en rappel du petit toit situé juste au-dessus de l’estrade avant d’étendre une banderole avec l’inscription : « Félicitations ! Maintenant, aidez-nous à sauver l’Arctique. » Quelques instants avant, deux bannières télécommandées étaient déployées à hauteur du podium, laissant apparaître la mention « www.savetheartic.org » et le logo de Shell à moitié recouvert par une image d’ours polaire.

Pour Greenpeace, il s’agit d’une ultime manière de marquer les esprits cet après-midi en protestant ouvertement contre la politique menée par Shell en Arctique. Une entreprise qui, après avoir investi des milliards, a pris les devants dans la course à l’exploration pétrolière en Alaska et en Russie. Un vaste mouvement contestataire, composé de millions de personnes à travers le monde, se forme actuellement pour exiger que Shell abandonne ses plans de forage en Arctique mais cette dernière refuse de céder.

« Shell a investi des millions pour avoir son logo un peu partout autour du circuit et pour divertir ses VIP mais ce dont elle ne veut pas parler, c’est de son plan d’exploration pétrolière en Arctique », explique la Belge Sabine Huyghe, qui avait fait la « une » le mois passé après avoir escaladé le Shard à Londres, l’un des plus hauts buildings d’Europe, pour protester contre la politique de Shell en Arctique. « Un déversement de pétrole serait un désastre et mettrait en péril cette région d’une incroyable beauté. Nous ne sommes pas ici pour protester contre la Formule 1 mais pour expliquer aux fans de Formule 1 et au grand public le terrible impact des ambitions de Shell. Je veux faire tout ce qui est en mon pouvoir pour arrêter cette compagnie pétrolière avant qu’elle ne détruise l’Arctique. »

Plus tôt dans la journée, des militants ont déployé depuis le toit de la tribune principale une banderole de 20 mètres de long portant l’inscription « Artic Oil ? Shell No ! ». Enfin, juste avant la course, deux activistes de Greenpeace, munis d’une bannière, ont survolé le circuit en parapente.