Action de Greenpeace contre l’élargissement du ring de Bruxelles

Avis de tempête climatique au cabinet Crevits!

Communiqué de presse - 28 mars, 2013
Bruxelles, le 28 mars 2013 – les militants de Greenpeace ont simulé un phénomène climatique extrême au cabinet de la ministre flamande de la mobilité Hilde Crevits. L’objectif de cette action est de rappeler aux décideurs politiques flamands l’urgence climatique et d’épingler la contradiction existant entre cet enjeu planétaire et un éventuel élargissement du ring de Bruxelles.

Une mini-tempête tropicale avec rafales de vent et feuilles tourbillonnantes a été mise en scène ce matin aux abords du cabinet Crevits par une vingtaine de militants de Greenpeace.

«Il existe bel et bien un lien entre les conséquences du réchauffement planétaire et des projets comme celui de l’élargissement du ring de Bruxelles, précise Joeri Thijs, de la campagne Climat/Transport de Greenpeace. Accroître le nombre de bandes de circulation, c’est opter pour une hausse des émissions de CO2. Or, c’est précisément le contraire qu’il faudrait mettre en œuvre. C’est sur une diminution qu’il faut miser ! »

 

350 millions d’euros

La semaine dernière, la ministre Crevits déclarait au Parlement flamand qu’elle souhaitait voir les travaux d’élargissement du ring de Bruxelles démarrer en 2016. L’investissement s’élèverait à 350 millions d’euros. Après avoir étudié le dossier pendant des années, le gouvernement flamand doit bientôt se prononcer sur la problématique de la congestion automobile observée aux portes de Bruxelles. Hilde Crevits semble vouloir prendre les devants en considérant que l’option « élargissement » est d’emblée acquise. Pour Greenpeace, cette option est incompatible avec la crise climatique que nous traversons.

En janvier dernier, Greenpeace a commandé une étude au bureau conseil Transport & Mobility et a ainsi démontré que l’élargissement du ring de Bruxelles risquerait d’augmenter de 10% les émissions de CO2 déplorées en région bruxelloise (1). Or, pour réaliser l’objectif européen en matière de lutte contre le réchauffement climatique, les émissions du secteur Transport doivent diminuer en Belgique de 15 à 21% d’ici à 2020.

 

Pas de décongestion automobile en vue

Les études de mobilité et d’incidence environnementale dont le gouvernement flamand dispose actuellement mettent également en évidence l’inefficacité de l’élargissement du ring de Bruxelles pour faire face aux problèmes de congestion automobile (2). En cause ? L’effet d’appel que l’on observe lorsque de nouvelles infrastructures routières sont aménagées. Après, un certain temps, les nouvelles voies de circulation ‘appellent’ de nouveaux flux de voitures et les émissions de CO2 augmentent.

 

Alternatives à l’élargissement

Les études précitées font heureusement état de nombreuses alternatives permettant d’aborder le problème de la mobilité de manière structurelle. Il peut s’agir d’un péage urbain ou d’une optimalisation de l’offre en transports en commun et des infrastructures destinées aux cyclistes. Ces options permettraient de diminuer les files, d’améliorer les conditions de sécurité routière et de contribuer à une diminution des émissions de CO2.

«Hilde Crevits essaie de vendre à la Flandre un élargissement du ring de Bruxelles avec des solutions alternatives comme mesurettes. Mais pourquoi investir autant d’argent public dans des bandes de circulation supplémentaires qui in fine se révèleront climaticides et ne changeront en rien la congestion automobile dans et hors de Bruxelles ? »

 

La Région bruxelloise plus « klimaatvriendelijk » que la Flandre ?

Le gouvernement flamand a récemment présenté un plan « climat » particulièrement faible. Il en ressort que les émissions de CO2 imputables au secteur Transport ne diminueront pas.

« Si la Flandre veut garder un peu de crédibilité dans le débat sur le climat, elle n’a pas d’autre choix que de refuser radicalement l’éventualité de l’élargissement du ring.de Bruxelles et de mettre rapidement en œuvre les nombreuses alternatives existantes. La Région bruxelloise a pris pour sa part la décision de ne pas soutenir cette option et devrait d’urgence réaffirmer cette position.»

 

Plus d’info:
- Dossier de presse factuel sur la thématique de l’élargissement du ring de Bruxelles

Notes aux rédactions :

  1. Influence de nouvelles infrastructures routières sur les émissions de CO2 en Belgique” (résumé). Rapport de Transport & Mobility Leuven pour Greenpeace Belgique, Décembre 2012.

  2. Lien vers la version définitive du projet de rapport d’incidence environnementale Strategisch Milieu-effecten rapport voor de Brusselse ring. Un résumé des avis émanant de différentes instances est disponible sur simple demande auprès du service de presse. L’étude de mobilité (Mobiliteitstudie) préalable à ce rapport est accessible via ce lien.