Rallye "Pierreafeu" dans le quartier européen à Bruxelles – sortie d'un nouveau rapport

Le lobby automobile maintient la politique climatique UE au point mort

Communiqué de presse - 25 mai, 2008
Des militants de Greenpeace se sont rendus ce matin en voiture préhistorique, digne des Pierreafeu, du quartier général de l'ACEA, l'association européenne des constructeurs automobiles au Parlement européen. Ils emportaient à leur bord des tablettes de pierre reprenant les instructions des lobbyistes de l'industrie automobile aux mandataires européens. Des discussions dans le cadre de la directive sur l'efficacité des voitures sont attendues cette semaine.

La procession préhistorique visait à rappeler que l'industrie automobile est toujours coincée à l'âge de la pierre. Elle continue en effet à produire des voitures lourdes, rapides et énergivores et ce, au détriment du climat. Dans la foulée de la procession préhistorique, Greenpeace lance un rapport, intitulé "Driving Climate Change : How the car industry is lobbying to undermine fuel efficiency legislation".

"Ce rapport démontre que l'industrie automobile, pilotée par les constructeurs allemands, trompe et manipule l'Union européenne depuis 17 ans. Nous en sommes arrivés au point où l'industrie automobile risque d'empêcher l'Europe de remplir ses engagements pour Kyoto, commente Joeri Thijs de la campagne Transport de Greenpeace."

Le rapport rappelle entre autres comment le Commissaire européen Verheugen et l'ACEA ont mis sur pied et utilisé le groupe de travail CARS 21 comme un cheval de Troie pour promouvoir avec succès les intérêts de l'industrie au sein de l'Union européenne. Le rapport fait également état de cadeaux de l'industrie à la classe politique européenne.

Pour Greenpeace, l'Union européenne doit mettre l'industrie au pas et adopter pour les nouvelles voitures l'objectif moyen de 120g CO2 / km à l'horizon 2012 et de 80g CO2 / km en 2020. L'adoption de cet objectif doit s'accompagner de sanctions réellement dissuasives. Aucune concession ne doit être faite au lobby industriel allemand, prompt à

défendre la construction de bolides énergivores.

Greenpeace invite le gouvernement belge et les parlementaires européens à résister à la pression du lobby automobile et à passer à la vitesse supérieure en termes de changement. Et ce, afin de préserver et le climat et les consommateurs. "Le Parlement européen ne doit pas céder aux pressions du lobby automobile et continuer à établir des normes UE pour l'efficacité des voitures, conclut Joeri Thijs. Vu la combinaison des changements climatiques et de la hausse des prix des carburants, il est irresponsable de différer plus encore les mesures qui s'imposent pour rendre nos voitures drastiquement moins énergivores."