Ring de Bruxelles

Page - 26 avril, 2010
Le dossier de la mobilité du ring de Bruxelles est extrêmement symbolique. Non seulement en raison de sa situation centrale de carrefour important mais aussi parce qu’il illustre très pertinemment les problèmes et les choix en termes de mobilité auxquels nous faisons face dans toute la Belgique.

En 2008, le gouvernement flamand a lancé un plan pour élargir la partie nord du ring de Bruxelles (entre Grand-Bigard et Woluwe-Saint-Etienne). Il a d’abord visé la zone de Zaventem. Ces plans entrent dans le cadre d’une ambition plus vaste visant à faire encore plus de la Flandre la plaque tournante logistique de l’Europe.

Le point de départ du gouvernement flamand consiste à résoudre la congestion croissante dans la région de l’aéroport et sur le Ring de Bruxelles grâce à une « optimisation ». C’est ainsi qu’il vend ses projets de construction de voies supplémentaires. Selon le gouvernement, cet élargissement correspond à l’idée de « mieux séparer le transit et le trafic local » car il pense que les mouvements des deux flux de circulation sont le gros problème. Greenpeace ne reconnaît pas ce problème mais déclare qu'il existe de meilleures alternatives aux voies supplémentaires, par exemple en organisant différemment les entrées et sorties et en utilisant une signalisation dynamique.

Cependant, notre gouvernement semble nier que le plus gros problème sur le ring de Bruxelles est simplement le trafic excessif. Le point de départ de tous les projets pour résoudre les problèmes de circulation doit donc être la réduction du trafic. La mise en place de voies supplémentaires ne fait que produire l’effet inverse car une nouvelle infrastructure routière attire un nouveau trafic et n’engendre à terme que plus de trafic et de bouchons. Et ce, alors que nous devons absolument diminuer la circulation automobile dans la lutte contre les changements climatiques, étant donné le rôle problématique du trafic dans les problèmes liés au climat.

Greenpeace plaide pour des solutions durables aux problèmes de bouchon via la plateforme Modal Shift. Des mesures comme une taxe kilométrique intelligente et une autre fiscalité pour les voitures de société, des transports publics de qualité et mieux développés et une bonne infrastructure pour les vélos peuvent déjà nettement réduire la circulation sur le ring. De plus, une signalisation dynamique et une vitesse plus réduite peuvent réduire le problème des bouchons.