Forêts pour le climat

Page - 20 avril, 2010
La protection des dernières forêts tropicales est un élément crucial dans la lutte contre les changements climatiques. La destruction de ces massifs forestiers accélère le réchauffement planétaire en libérant d'importantes quantités de CO2 qui, sans cela, resteraient stockées. Les forêts tropicales sont par ailleurs capitales pour la biodiversité et abritent des millions de personnes.

La destruction de ces massifs forestiers accélère le réchauffement planétaire en libérant d'importantes quantités de CO2 qui, sans cela, resteraient stockées.

Leur sauvegarde est essentielle! La proposition 'Forêts pour le climat' de Greenpeace envisage un mécanisme par lequel les pays industrialisés interviennent financièrement dans la protection des forêts du Sud sans atteindre aux droits des populations autochtones.

Pourquoi ces forêts sont-elles aussi importantes pour le climat?

Les forêts tropicales contribuent au maintien des équilibres climatiques. Elles régulent la pluviosité et forment des écosystèmes dont la faune et la flore dépendent au même titre que les populations humaines. Elles constituent également de gigantesques réservoirs de carbone. Ce dernier est libéré dans l'atmosphère suite à des coupes forestières ou des incendies.

La déforestation dans les massifs de forêts tropicales représente 20% des émissions de gaz à effet de serre (GES) planétaires. Ce qui est supérieur aux émissions planétaires du secteur des transports. La destruction des forêts en Indonésie et au Brésil fait de ces pays respectivement les troisième et quatrième émetteurs de gaz à effet de serre au monde, après la Chine et les Etats-Unis.

Quelle est l'importance de la déforestation?

On déplore chaque année la disparition de 13 millions d'hectares de forêts. Ce qui représente plus de quatre fois la superficie de la Belgique. Quatre cinquièmes environ des forêts anciennes ont déjà été détruites ou dégradées. La moitié de cette destruction a été opérée ces trois dernières décennies. Les forêts tropicales sont défrichées pour la production de bois tropical. Dans ce cas, les arbres sont abattus et transformés en produits ligneux. Dans d'autres cas, les forêts sont incendiées pour permettre la culture industrielle de soja, des plantations de palmiers à huile ou des pâturages.

Malgré cela, ces forêts abritent un quart de la biodiversité mondiale et des millions de personnes en dépendent directement pour leur quotidien. Les quelque 150 millions de personnes autochtones qui y vivent sont en quelque sorte les 'gardiens des forêts'.

Consultez à ce sujet : la déclaration des peuples autochtones sur les changements climatiques.

Forêts pour le climat

'Forêts pour le climat' est une proposition innovante de Greenpeace pour un fonds international visant à protéger les forêts tropicales. De nombreux pays abritant des massifs de forêts tropicales n'ont pas les moyens de les protéger. Cette initiative est développée dans le cadre de la seconde phase du protocole de Kyoto qui vient à échéance en 2012.

Un des aspects fondamentaux de cette proposition est d'agir conjointement pour le climat, la biodiversité et le respect des peuples autochtones. Ceci différencie 'Forêts pour le climat' d'autres propositions plus directement basées sur l'intégration de crédits pour les forêts sur les marchés internationaux de CO2.

De quoi s'agit-il?

'Forêts pour le climat' se base sur le principe du pollueur payeur et de l'accord conclu lors des négociations sur le climat de Bali, en 2007 : les pays industrialisés doivent venir en aide aux pays en développement par le financement de mesures sur le climat. Cette aide vient bien sûr s'ajouter à l'effort de réduction des GES auquel ils sont soumis. En d'autres termes : plus un pays industrialisé pollue, plus il doit alimenter le fonds pour la protection des forêts.

'Forêts pour le climat' n'autorise pas les pays industrialisés à augmenter leurs propres émissions de GES en échange d'une diminution des émissions des pays en voie de développement. Ceci constitue une différence essentielle entre 'Forêts pour le climat' et d'autres modèles qui renvoient aux mécanismes de compensation applicables sur les marchés internationaux du CO2.

Les pays en voie de développement dotés de forêts tropicales et qui veulent entrer dans les mécanismes 'Forêts pour le climat' doivent s'engager à protéger leurs forêts en suivant les principes de la 'responsabilité partagée mais différentielle' définie par la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (UNFCCC). Suite à cet engagement, ils obtiennent, à l'échelon national, l'accès au financement pour le renforcement et la diminution des émissions de CO2 imputables à la déforestation. Les pays qui peuvent prouver qu'ils ont réduit leurs émissions de CO2 peuvent réclamer une compensation, en raison de l'aide apportée à la lutte internationale contre les changements climatiques.

Il s'agit d'un solide encouragement pour les pays en voie de développement à protéger leurs forêts.

Les avantages de la proposition

  • La réduction des émissions de gaz à effet de serre via Forêts pour le climat est complémentaire, et ne remplace pas les mesures que les pays industrialisés doivent prendre pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Et ce, pour éviter que la protection des forêts tropicales ne se traduise par un scénario 'business as usual' dans les pays industrialisés et ne se solde finalement par une pollution en hausse.
  • Les millions de représentants des peuples autochtones qui dépendent des forêts tropicales se voient garantir un avenir. La proposition 'Forêts pour le climat' conduit à la reconnaissance de la déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et le respect de la propriété de ces peuples et de la jouissance qui en découle.
  • La proposition 'Forêts pour le climat' permet à un maximum de pays en voie de développement de prendre part à ce mécanisme, notamment des pays comme la RDC qui a un faible taux de déforestation.
  • La proposition 'Forêts pour le climat' permet de limiter le report du problème d'une région à l'autre grâce à une approche planétaire de la thématique, ce qui n'est pas le cas lorsqu'une approche uniquement locale ou par projets est envisagée.
  • La proposition 'Forêts pour le climat' permet de répondre rapidement à l'urgence climatique. La proposition peut libérer à court terme des milliards d'euros via une vente des droits d'émissions.

Thèmes