L’huile de palme en bref

Laissez un message de soutien via notre formulaire. . .

Ingrédient clé de nombreux produits alimentaires et cosmétiques, l’huile de palme est l’huile comestible la moins chère au monde, et aussi l’une des plus consommées.

La production mondiale d’huile de palme est amenée à croître en raison de la forte demande des pays émergents, comme l’Inde ou la Chine, et de la dépendance accrue envers les agrocarburants, notamment dans les pays européens.

Aujourd’hui, rien n’est fait pour contrôler les dégâts environnementaux causés par le développement de la production industrielle d’huile de palme. Pourtant, la destruction des tourbières et des forêts tropicales en Indonésie, premier producteur mondial, montre bien qu’il existe un lien entre huile de palme et déforestation.

L’Afrique, berceau originel du palmier à huile, est désormais au centre de toutes les convoitises des multinationales de l’agroalimentaire.

Pour en savoir plus, glissez votre souris sur les icônes...

 

La dernière frontière de l’huile de palme

Originaire d’Afrique, le palmier à huile est au cœur des traditions et de la vie de nombreuses communautés. Pourtant, le continent africain ne fait pas partie à l’heure actuelle des grands producteurs mondiaux d’huile de palme. Seul le Nigeria se distingue, avec une production inférieure à un million de tonnes par an..

Mais l’Afrique devrait bientôt rattraper ce retard. Les capacités de production arrivent à saturation dans les principaux pays producteurs, comme l’Indonésie ou la Malaisie, et les grands groupes agroindustriels se tournent désormais vers l’Afrique en vue de satisfaire une demande mondiale en augmentation constante.

Cette expansion peut représenter une opportunité économique pour les populations locales. Mais elle peut aussi mettre en danger leurs moyens de subsistance et leur environnement, et menacer le climat mondial.

Cliquez ici pour lire le rapport complet de Greenpeace sur le développement de l’huile de palme en Afrique

Pour en savoir plus, glissez votre souris sur les icônes...

 

Les pays africains face à un choix décisif

Au cours des dernières années, des centaines de milliers d’hectares de terres en Afrique subsaharienne ont été loués ou vendus à des entreprises, des particuliers ou des gouvernements étrangers.

Nombre de ces contrats sont opaques et s’inscrivent dans le cadre d’un accaparement de terres à grande échelle.

Les pays africains doivent désormais faire un choix décisif : laisser les entreprises s’emparer de leurs terres et envahir leurs forêts au nom du profit à court terme, ou s’orienter vers un développement durable qui accorde la priorité à la protection de leurs ressources naturelles et de leurs moyens de subsistance.

Pour en savoir plus, glissez votre souris sur les icônes...

 

Herakles Farms : un mauvais projet au mauvais endroit

Au Cameroun, l’entreprise américaine Herakles Farms met tout en œuvre pour convertir de vastes étendues de forêt naturelle en plantation de palmiers à huile. Le projet d’Herakles Farms incarne parfaitement les menaces environnementales et sociales qui planent sur les forêts africaines, alors que rien n’est fait pour stopper le développement de la production industrielle d’huile de palme sur le continent africain et apporter les mesures de protection nécessaires.

Ce projet de plantation causerait d’importants dégâts environnementaux dans une région entourée de cinq aires protégées offrant une biodiversité exceptionnelle. De plus, il affecterait durement les communautés qui vivent au sein de la zone de concession et dont les moyens de subsistance dépendent de la forêt. Bien que le PDG d’Herakles ait affirmé répondre à un « besoin humanitaire criant », l’opposition locale au projet ne cesse de s’amplifier.

Pour en savoir plus, glissez votre souris sur les icônes...

 

La lutte s’organise pour sauver la forêt la plus précieuse d’Afrique

En janvier 2013, Greenpeace a effectué une visite de terrain au Cameroun. Nous avons pu constater que la population locale était largement opposée à l’aménagement d’une plantation de palmiers à huile. Le projet qu’Herakles Farms présente comme potentiellement lucratif pour les habitants est en réalité très controversé.

Les habitants craignent de perdre leurs terres et leurs ressources au profit de la SG Sustainable Oils Cameroon (SGSOC), la filière camerounaise d’Herakles Farms. Dans la région, de nombreux agriculteurs tirent leurs moyens de subsistance de la culture du cacao, du taro ou du maïs, par exemple. La SGSOC ne leur a fourni aucune carte délimitant les frontières de la future concession de palmiers à huile, empêchant ainsi les habitants de savoir combien d’hectares de surface agricole risquent d’être détruits.

Pour en savoir plus, glissez votre souris sur les icônes...

VOUS pouvez agir

Le Cameroun semble très loin de nous. Pourtant, c’est à nous de faire en sorte que ce crime environnemental soit dénoncé dans le monde entier.

Le projet d’Herakles Farms au Cameroun est un mauvais projet au mauvais endroit. Cette plantation de palmiers à huile constitue une menace pour la population et pour l’environnement.
Ce projet ne doit pas être mené à terme. Aidez-nous à le stopper :

1.  Envoyez un message pour dire NON à ce projet et soutenir la résistance au Cameroun.

2. Abonnez-vous à la page Facebook de Greenpeace Afrique et faites entendre votre voix.

Ensemble, nous parviendrons à mobiliser l’attention internationale nécessaire pour soutenir l’opposition des habitants de la région et empêcher l’accaparement de leurs terres.

 

Partagez l'info !

Share on Facebook Share on Titter Follow Me on Pinterest

 

De nombreuses ONG et associations de la société civile, au Cameroun comme dans d’autres pays, mènent campagne vigoureusement pour stopper le projet d’Herakles Farms depuis le premier jour. Greenpeace est très fière de travailler à leurs côtés.

Le CED, (Centre pour l’Environnment et le Développement ) est une ONG camerounaise dont le champ d’action porte sur des problématiques environnementales, dont la déforestation et les changements climatiques. Le CED est farouchement opposé au projet d’Herakles Farms et dénonce la destruction environnementale que ce projet implique.
À lire : les 13 raisons pour lesquelles la CED pense que ce projet doit être immédiatement arrêté..

ACDIC (L’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs ) :est une ONG camerounaise dont les représentants, présents dans l’ensemble de l’Afrique centrale, font campagne sur diverses problématiques. Et notamment : promouvoir une société à environnement socioéconomique plus sain, équitable, transparent et porteur de rapports constructifs, positifs et sauvegardant les intérêts de tous et de chacun.

L’ONG Struggle to Economize Future Environment (SEFE) est basée à Mundemba, là où la concession d’Herakles sera implantée. Nasako Besingi et ses collègues sont fermement opposés au projet de la firme américaine, et ils l’ont fait savoir à plusieurs reprises – souvent au péril de leur sécurité. Ils font constamment l’objet de manœuvres de harcèlement.
À lire (en anglais): Comment une année difficile s’est terminée sur une note positive pour Nasako Besingo

Relufa, (REseau de LUtte contre la Faim) est un réseau national apolitique et à but non lucratif composé d'organisations laïques et œcuméniques de la société civile camerounaise. Les organisations membres sont issues de toutes les régions du Cameroun, et ont joint leurs forces pour développer des stratégies communes contre les problèmes systémiques de faim, de pauvreté et d'injustices socioéconomiques et environnementales.

Le Oakland Institute est un cercle de réflexion indépendant, dédié à promouvoir la participation citoyenne et un débat équitable sur les questions sociales, économiques et environnementales.
À lire : le rapport de l’Oakland Institute sur la débâcle d’Herakles au Cameroun.

SAVE Wildlife Conservation Fund est une ONG internationale à but non lucratif fondée en Allemagne en 2010. SAVE soutient des projets de protection de la faune en Allemagne et en Afrique. Elle œuvre en priorité aux côtés des petites organisations locales qui sont à même d’avoir un effet positif et durable sur la conservation de la faune et de l’habitat.
À lire : la chronologie de SAVE sur la concession d’Herakles Farms au Cameroun.

 

Les dernières mises à jour

 

Les polluants organiques persistants sont

Image | 20 novembre, 2003 à 0:00

Les polluants organiques persistants sont partout, même au pôle nord

Savez-vous ce que je mange?

Image | 20 novembre, 2003 à 0:00

Savez-vous ce que je mange?

Les OGM entrent dans la chaîne alimentaire

Image | 20 novembre, 2003 à 0:00

Les OGM entrent dans la chaîne alimentaire par une porte dérobée: l'alimentation animale

Informer les consommateurs: une priorité

Image | 20 novembre, 2003 à 0:00

Informer les consommateurs: une priorité pour Greenpeace

Les POP sont partout, même en Arctique!

Image | 20 novembre, 2003 à 0:00

Les POP sont partout, même en Arctique!

Our future climate (World Meteorological Organization)

Publication | 19 novembre, 2003 à 23:00

The last decade of the 20th century, in particular, the year 1998, have been the warmest since instrumental records began some 140 years ago. The 20th century has also been the warmest of the last millennium.

The carbon logic

Publication | 19 novembre, 2003 à 23:00

Sur base d'une série de limites écologiques définies, destinées à limiter le réchauffement global à long terme, Greenpeace a calculé la quantité de combustibles fossiles pouvant encore être brûlée à des fins de production d'énergie d'ici 2100...

Our future climate (World Meteorological Organization)

Publication | 19 novembre, 2003 à 23:00

The last decade of the 20th century and, in particular, the year 1998, have been the warmest since instrumental records began some 140 years ago. The 20th century has also been the warmest of the last millennium.

Climate change, coral bleaching and the future of the world's coral reefs

Publication | 19 novembre, 2003 à 23:00

This paper reviews our understanding of coral bleaching and demonstrates that the current increase in the intensity and extent of coral bleaching is due to increasing sea temperature.

Millions at risk (University of East Anglia)

Publication | 19 novembre, 2003 à 23:00

The additional millions of people who could be placed at risk as a result of different amounts of global warming.

2211 - 2220 de 2378 résultats.