Brevets sur les organismes vivants

Page - 19 avril, 2010
Les brevets sur les organismes vivants permettent à des entreprises comme Monsanto d'exercer un véritable monopole et de soumettre les agriculteurs à un contrôle excessif, des semences à la production des aliments.

90 % van de ggo’s die vandaag worden gekweekt bieden economische voordelen voor één enkel bedrijf: Monsanto.

90% des espèces génétiquement modifiées cultivées aujourd'hui comme le soja, le colza, le maïs et le coton, offrent des avantages économiques pour une seule et même entreprise: Monsanto.
Monsanto 'possède' ces plantes grâce au brevet déposé sur son 'invention' et investit ainsi massivement dans les OGM pour obtenir un contrôle sur la chaîne alimentaire.  

Aux États-Unis, les firmes qui utilisent du soja OGM « Roundup Ready » de Monsanto, doivent signer un contrat qui donne à la société le droit d'inspecter les fermes à tout moment  pendant trois ans.  Ces agriculteurs sont alors obligés d'utiliser exclusivement l'herbicide Roundup Ready de Monsanto et perdent le droit de réutiliser une partie de leur récolte l'année suivante.

Aujourd'hui, une poignée d'entreprises contrôle le marché des semences et peuvent décider quelles semences seront disponibles, à quel prix et sous quelles conditions. C'est  une menace pour les agriculteurs, les producteurs d'alimentation et les consommateurs du monde entier.

Greenpeace demande donc de supprimer les brevets sur les organismes vivants. Par ailleurs, pour Greenpeace, il faut évaluer non seulement les risques des OGM sur la santé et l'environnement mais aussi leur pertinence agronomique et socio-économique. Cela implique une analyse des coûts et bénéfices potentiels des OGM sur le plan social et économique. La décision d'autoriser ou non un OGM devrait prendre en compte ces deux analyses.

Selon Greenpeace, aucun OGM existant actuellement ne passerait la rampe.