La liberté de choix du consommateur

Page - 19 avril, 2010
Les règles d'étiquetage européennes permettent au consommateur d'être informé de la présence directe d'OGM dans les aliments et d'opter ou non pour la filière OGM. Mais cette législation ne s'applique cependant pas aux aliments issus d'animaux nourris avec des OGM tels que le lait, la viande ou les oeufs.

Les consommateurs ont le droit d'être informés et de choisir.

Les consommateurs ont le droit d'être informés et de choisir. Si l'étiquetage des OGM ne prévient pas les risques, il permet au consommateur de faire des choix éclairés. Ce libre choix est essentiel. Les enquêtes auprès du public démontrent en effet qu'une majorité de consommateurs n'est pas pas favorable aux OGM, et cela pour des raisons très diverses : protection de l'environnement, raisons éthiques, par peur, expression d'un refus sur la mainmise de l'agrobusiness, ...
Consultez l'eurobaromètre pour plus d'information.

La demande d'information et de liberté de choix du consommateur a entraîné l'élaboration de la législation la plus stricte du monde pour l'étiquetage des OGM au sein de l'Union européenne. En savoir plus d'info sur des OGM dans l'alimentation.

Les règles d'étiquetage européennes présentent toutefois une grande lacune: elles ne s'appliquent  pas à des produits tels que la viande, le lait et les œufs, c'est-à-dire aux aliments issus d'animaux nourris avec des aliments génétiquement modifiés. En savoir plus d'info sur des OGM dans l'alimentation animale.

C'est la raison pour laquelle Greenpeace continue à se battre pour un étiquetage complet, y compris pour les produits issus d'animaux nourris avec des OGM. Les agriculteurs et les consommateurs doivent pouvoir opter, s'ils le souhaitent, pour des méthodes de production sans OGM.