Nos méthodes

Page - 22 avril, 2010
Des militants qui déploient des bannières, escaladent des grues ou mènent des actions contre les baleiniers... De telles photos font le tour du monde. Mais nous sommes également actifs en coulisses, où nous pratiquons un important travail de lobby et réalisons des études scientifiques.

Etude

Les scientifiques Paul, Iryna et David travaillent depuis des années dans la « Science Unit de Greenpeace.

Les scientifiques Paul, Iryna et David travaillent depuis des années dans notre « Science Unit ». Leur lieu de travail est le laboratoire de Greenpeace, lié à l’université britannique d’Exeter. Cependant, ils embarquent tout aussi facilement dans nos navires de recherche océanographique ou se rendent en Inde pour prélever des échantillons dans une décharge de déchets toxiques.

Les études sont à la base de nos campagnes. Nous examinons d’abord ce qui se passe et la manière dont un problème environnemental peut être résolu. Ce n’est que lorsque nous savons de quoi nous parlons que nous pouvons lancer une action ciblée. Nous dévoilons des scandales environnementaux en présentant des rapports scientifiques. Et nous effectuons des lobbys auprès d’entreprises et de politiciens, avec de solides scénarios de solutions.

Greenpeace fait aussi régulièrement appel à des instituts de renom. Par exemple, 12 instituts de recherche ont calculé pour Greenpeace que nous pouvons diminuer de moitié les émissions mondiales de CO2 pour 2050. Actuellement, Greenpeace mène une campagne sur la base de ces constats : les politiciens et les entreprises doivent mettre en place le scénario de [R]évolution énergétique que propose Greenpeace. Ainsi, nous pouvons éviter de dangereux changements climatiques.

Lobby

Sans lobby, les actions n’ont pas véritablement de sens. C’est fantastique de voir une entreprise modifier son comportement après que nous avons suspendu une banderole géante à son toit ou après que nos sympathisants lui ont fait parvenir des milliers d’e-mails.

Il est important que toutes les entreprises adoptent un comportement respectueux et qu'elles cessent par exemple d'utiliser des matières toxiques ou de détruire les forêts anciennes. Les lois et les réglementations peuvent y contribuer. C’est pourquoi Greenpeace fait pression pour obtenir de bons accords aux niveaux national et international. Nous nous glissons dans un beau costume et nous allons trouver les politiciens à Bruxelles. Ou nous mettons nos exigences sur la table devant la direction d’une multinationale. Cela peut ne pas sembler très passionnant mais le lobbying est captivant pour Greenpeace. Et totalement nécessaire.

Action

Bon nombre d’actions Greenpeace sont spectaculaires. Nos militants s’engagent corps et âme pour l’environnement. Dans ce cadre, nous partons pour le lieu du délit environnemental. Qu’il s’agisse d’un transport de déchets radioactifs ou d’une forêt tropicale réduite en cendres. Nous montrons au monde ce qui se passe grâce à nos photos et à nos vidéos. Souvent avec succès. Parfois, suite à nos actions, une multinationale finit par céder devant nos exigences. Régulièrement, nous obtenons de petites victoires comme ce jeune Japonais qui a demandé à son gouvernement à la télévision de « bien réfléchir » à la raison pour laquelle les militants risquent leur vie pour les baleines.