Ce matin, nous nous sommes rendus au quartier général de la N-VA à Bruxelles. Comme nous sommes bien élevés, nous avons ouvert la porte au personnel et aux gens qui venaient s’occuper des plantes vertes. Mais le but de notre présence était de rappeler à la N-VA son propre slogan : Penser. Oser. Agir. Pour sortir du nucléaire en 2025.

Pas de pacte énergétique sans sortie du nucléaire

Au début de la semaine, nous avons fait un exposé au parlement fédéral sur notre rapport Notre avenir énergétique. En effet, les chiffres sont connus depuis des années, même si à l’approche de la signature d’un pacte énergétique fédéral, la N-VA exige encore d’autres calculs.

En 2014, année de l’annonce du pacte énergétique, nous avions montré comment atteindre 58 % d’énergie renouvelable d’ici 2030. Il y a un an, nous avons refait ce même travail et le mois dernier, le gestionnaire de réseau Elia a également démontré que la sortie du nucléaire était à la fois réalisable et abordable.

Penser. Oser. Agir

Nous devons investir pleinement, et dès aujourd’hui, dans le solaire, l’éolien et l’efficacité énergétique. Il n’y a plus de temps à perdre. C’est pourtant ce qu’essaie de faire la N-VA ces dernières semaines en reportant le pacte énergétique pour ainsi rendre impossible la sortie du nucléaire en 2025. La même stratégie adoptée depuis des années par Engie-Electrabel.

La N-VA avait pourtant approuvé la sortie du nucléaire d’ici 2025 en l’intégrant dans l’accord gouvernemental. Elle veut maintenant faire marche arrière en affirmant que les coûts exacts ne sont pas connus. Or, les coûts exacts de tous les déchets nucléaires ne seront connus que dans des centaines de milliers d’années. Personne ne veut attendre autant de temps, non ? Il faut donc que la N-VA opte aujourd’hui pour les énergies renouvelables !

Lisez aussi notre blog du 14 décembre : Greenpeace rappelle aux ministres l’obligatoire sortie du nucléaire